man laddling soup

Cet article est la 2e partie de « Philanthropie – Quel sera votre héritage ? »," paru dans Perspectives Volume 2, Numéro 1, Automne 2012.

Selon des données de 2016, les Canadiens et Canadiennes donnent 12,8 milliards $ annuellement  aux organismes de bienfaisance ainsi qu’aux communautés qu’ils servent.1 Quelque 82 pour cent des Canadiens et Canadiennes sont d’avis que les organismes de bienfaisance sont importants, et 70 pour cent leur ont fait un don au cours de la dernière année.2 Du point de vue de donner à son prochain, un peu moins de la moitié des personnes âgées de 15 ans ou plus s’adonnent à des activités de bénévolat, y consacrant en moyenne 154 heures par année — pour un total de 2 milliards d’heures de bénévolat.3 Ces statistiques témoignent de façon éloquente des valeurs qui inspirent de nombreux Canadiens et Canadiennes lorsqu’il s’agit d’aider son prochain, de même que de l’esprit de générosité fort répandu qui tend souvent à être plus prononcé à l’approche des Fêtes. Lorsqu’on analyse de plus près ces statistiques, on trouve des faits qui témoignent de tendances générationnelles distinctes, aussi bien quant aux raisons qui incitent les gens à donner qu’à la manière de donner, et qui pointent vers ce que certains ont défini comme étant une évolution de la philanthropie au Canada. Au fil du temps, alors que les valeurs sociales, la technologie, les communications, la connectivité et la répartition démographique ont changé, il en a été de même de l’approche vis-à-vis les dons. Un groupe démographique chez qui ces changements sont les plus visibles est celui de la génération du millénaire (les personnes nées entre 1981 et 1993).4 Et bien qu’il puisse exister des points de vue générationnels différents sur ce qu’est la philanthropie et comment on s’y adonne, il est important pour chacun de réfléchir à ce que donner signifie pour soi-même et sa famille, et de considérer la diversité des avantages que peut procurer une approche de planification plus structurée et ciblée.

Philanthropie et dons de bienfaisance chez les générations plus jeunes

Faire une différence dans le monde. Il s’agit là d’une valeur qu’environ 40 pour cent des membres de la génération du millénaire citent parmi leurs trois principales priorités, selon The Canadian Millennial Report, et d’une valeur dont ils cherchent à s’inspirer de diverses façons.5

En matière de dons de bienfaisance, un sondage récent indique que 68 pour cent des  personnes de la génération du millénaire ont fait des dons de bienfaisance au cours de la dernière année, une proportion similaire au pourcentage national.6 Aussi, bien que les baby-boomers dominent encore les donneurs (avec 32 pour cent de tous les dons en dollars recueillis), la génération X et la génération du millénaire gagnent du terrain, représentant 27 pour cent et 15 pour cent de la base de donneurs, respectivement.7 Mais là où les générations commencent à se distinguer tient aux canaux de remise de leurs dons et leurs objectifs. Quant aux méthodes qu’empruntent leurs dons, il y a eu une augmentation importante du numérique, particulièrement chez les plus jeunes: 54 pour cent des représentants de la génération du millénaire effectuant des dons en ligne.8 Quant aux organismes visés, la recherche indique que les plus jeunes commencent à bouder les formes institutionnalisées de dons comme les organismes de bienfaisance et s'engagent davantage en appuyant des causes auxquelles ils s’identifient directement.9

boy reading book by bookcase

Chez les plus jeunes, cette approche à la philanthropie a aussi été grandement influencée par la technologie en ligne. En effet, les avancées du numérique et la croissance des médias sociaux ont joué un rôle important en philanthropie chez les représentants de la génération du millénaire. En effet,  une proportion importante d’entre eux misent sur des environnements en ligne pour se connecter avec d’autres personnes qui appuient la même cause, pour promouvoir des initiatives et des événements, et pour populariser des causes auprès d’un vaste public. Les sondages indiquent aussi que les représentants de la génération du millénaire accordent beaucoup d’importance aux valeurs de la coopération et du consensus. Ceci est reflété par le fait que 41 pour cent d’entre eux sont d’avis que travailler ensemble comme groupe peut faire une grande différence pour résoudre des problèmes communautaires et que 45 pour cent considèrent que l’action collective peut faire une certaine différence.10 D’un point de vue philanthropique, la présence de cette mentalité après d'un pourcentage élevé de cette génération a un impact de taille. D'autant plus que combiné avec leur passion pour le numérique, cela facilite le regroupement avec d’autres, stimule l’intérêt, et aide à créer une conjoncture favorable et des appuis pour une cause précise.

Portrait du bénévolat au Canada

Selon les données les plus récentes de Statistique Canada, les jeunes Canadiens et Canadiennes sont plus enclins à effectuer du bénévolat que les plus vieux. En effet, plus de la moitié des personnes âgées de 15 à 24 ans et de 35 à 44 ans, et près de la moitié des personnes âgées de 25 à 34 ans se sont adonnées à des activités de bénévolat. En comparaison, les préretraités âgés de 55 à 64 ans ont un taux d’engagement envers le bénévolat de 41 pour cent alors que celui des aînés est de 36 pour cent. Toutefois, parmi tous les groupes d’âge, celui des adultes de 25 à 34 ans a été le seul à connaître une augmentation de son engagement envers le bénévolat au cours de la période de collecte de données.  

Une analyse plus approfondie des données révèle cependant que si les jeunes Canadiens et Canadiennes sont plus enclins à faire du bénévolat, ils y consacrent moins d’heures au total que les adultes plus vieux. En moyenne, les jeunes et les jeunes adultes âgés de 15 à 34 ans ont mentionné n’avoir accompli que près de la moitié des heures effectuées par les aînés.11 Des statistiques de sondages plus récents révèlent que chez les représentants de la génération du millénaire qui font du bénévolat (qui, curieusement, ne seraient que 36 pour cent selon cette étude, un autre 23 pour cent mentionnaient qu’ils seraient intéressés à en faire, mais qu’ils ne savent pas comment s’impliquer), ceux-ci n’y consacrent que moins de cinq heures par mois.12

Adopter une approche holistique pour ce qui est de donner – philanthropie versus dons de bienfaisance

volunteers filling a donations box

Bien qu’une majorité de Canadiens et Canadiennes s’intéressent et participent aux activités de bienfaisance à un moment ou l’autre de l’année, leur initiative est généralement de courte durée. Pour plusieurs, elle est spontanée et souvent associée à la fin de l’année civile, juste avant la date limite fiscale pour les dons de bienfaisance. Cependant, la philanthropie est d’une ampleur bien plus grande et englobe toutes les formes et tous les types que peuvent revêtir les activités de donation dans la collectivité. Par définition, la philanthropie est une forme plus stratégique et structurée de dons de bienfaisance qui implique de définir les objectifs de dons d’une personne ou de sa famille, et de développer un plan à long terme afin de donner vie à leurs valeurs et objectifs caritatifs. Au-delà des dons caritatifs, la philanthropie inclut le don de son temps. En effet, il existe un vaste éventail de façons de s’engager envers des initiatives, incluant le bénévolat, la collecte de fonds, la promotion d’une cause, la participation à un événement caritatif, ou encore la planification ou la participation dans une initiative caritative.

En qui concerne plus particulièrement les représentants de la génération du millénaire, plusieurs croient que ces derniers ont a élargi encore plus cette définition par leurs actions et leurs valeurs. En effet, la philanthropie est une valeur sociale de plus en plus ancrée chez ces jeunes et a des répercussions sur plusieurs aspects de leur vie au-delà du seul fait de donner. Nous pouvons remarquer cet impact jusque dans le type de travail auquel ils aspirent, les marques et produits avec lesquels ils s’identifient ainsi qu'une conscience accrue quant aux résultats positifs de leurs efforts et initiatives.

Une approche de planification ciblée pour donner

Selon Imagine Canada, certaines des principales raisons pour lesquelles les Canadiens et Canadiennes choisissent de donner incluent la compassion pour les gens dans le besoin, les croyances personnelles envers une cause, la volonté d’aider, la contribution aux communautés locales et le fait d’être personnellement affecté par la cause d’une organisation. En ayant à l’esprit ces types de motivations, les personnes pourraient vouloir mettre en place une approche de planification de dons plus stratégique afin de permettre une donation plus généreuse et ainsi avoir un plus grand impact auprès de la société. Un des fondements d’une philanthropie structurée consiste à prendre le temps de réfléchir et d’identifier ses tendances en matière de dons, de définir quelles causes et quels secteurs importent le plus pour vous, pourquoi et comment vous voulez donner, et le niveau d’implication que vous voulez y consacrer. Au moment de définir le cadre le plus approprié et efficace pour donner stratégiquement, certaines des principales questions qu’on doit se poser incluent :

  • Pour ceux et celles qui souhaitent effectuer des dons de bienfaisance, cet intérêt pourrait-il se transformer en quelque chose de plus stratégique ?
  • À qui et où voulez-vous donner ?
  • Combien de temps êtes-vous en mesure et de consacrer à cette initiative ?
  • Quelles sont les formes (espèces, actifs, titres) et avenues les plus intéressantes (personnellement, par l’entremise d’une fiducie familiale, une fondation privée, une société) pour donner ?
  • Souhaitez-vous vous engager à long terme ?
  • Quels sont les avantages et désavantages possibles de donner certains de ses actifs de son vivant plutôt qu’à son décès ?

En adoptant une approche de planification de dons plus structurée, les personnes sont mieux outillées pour atteindre leurs objectifs et exprimer leurs valeurs d’une façon qui équilibre  les aspects personnels, familiaux et fiscaux. Il y a de nombreuses méthodes et options pour y parvenir, comme les dons directs aux organismes de bienfaisance, le moment des dons, le recours aux biens et ressources, les fondations privées ou les fonds conseillés par le donateur. Aussi, de la même façon que pour une planification de retraite, d'un transfert de patrimoine ou d’autres aspects financiers de la vie, il est important de consulter des conseillers professionnels qualifiés pour bien comprendre les diverses options disponibles afin de développer un plan philanthropique et évaluer les avantages et désavantages potentiels d’un point de vue de planification financière, successorale et fiscale.

Pour plus d’information sur des aspects spécifiques de la planification philanthropique et des stratégies fiscales possibles, veuillez consulter l’article de Perspectives de RBC GP paru dans le numéro du printemps 2017 et intitulé « Un guide pour les dons de bienfaisance - pour aujourd'hui, demain et les générations à venir ».

Créer un état d’esprit philanthropique chez les enfants et les jeunes

Plusieurs Canadiens et Canadiennes sont de plus en plus résolus à transmettre des valeurs de conscience sociale et souhaitent faire une différence auprès des membres de leur famille ainsi qu'à ceux qui leur sont chers. Pour plus d’information sur comment inculquer des valeurs philanthropiques chez les enfants et les jeunes, veuillez consulter l’article paru à l’automne 2016 dans Perspectives de RBC GP et intitulé « Un aperçu canadien - Soutenir une culture de philanthropie ».

Considérations générationnelles en matière de dons stratégiques

group of people planting tree

Tout particulièrement d’un point de vue multigénérationnel, une approche ciblée de planification pour les dons pourrait s’avérer avantageuse pour les particuliers et les familles, et ce, à toutes les étapes de vie. Pour les jeunes adultes, particulièrement au cours des années et des décennies à venir, alors que plusieurs membres de la génération du millénaire seront les bénéficiaires de transferts de patrimoine. Cela leur permettra de définir leurs convictions, préciser leurs intentions et planifier leurs dons, leur permettant ainsi d’affirmer leurs valeurs de manière plus forte et à plus long terme. En effet, comme plusieurs jeunes sont si passionnés quant à leur volonté de faire une différence, transformer leur motivation en une approche stratégique leur permettra de réaliser leur vision à long terme. Pour les adultes qui ont des enfants et des petits-enfants, des dons philanthropiques structurés offrent une façon de cristalliser et d’ancrer les valeurs familiales multigénérationnelles, ainsi que de créer une approche qui pourra être poursuivie et préservée, contribuant à laisser un héritage durable aux générations à venir.

L'engagement de RBC à donner et à redonner

Chez RBC, contribuer à la réussite des clients et à la prospérité des collectivités est notre raison d'être. L'engagement communautaire et social est profondément enraciné dans notre organisation et représente un des cinq axes prioritaires visant à permettre à RBC d'atteindre ses objectifs tant au plan local, national et mondial. Lorsqu'il s'agit des investissements de RBC dans les collectivités, les trois domaines privilégiés sont les jeunes, l'environnement et les arts. En 2016, ces investissements se sont traduits par des dons d'un montant de 77 millions $, dont 63,5 millions $ oar l'entremise de la Fondation RBC. L'organisation a aussi contribué à un montant additionnel de 14,1 millions $ à des activités d'investissement dans la commnauté à l'échelle mondiale.

En reconnaissance des défis auxquels plusieurs jeunes d’aujourd’hui font face, RBC a axé son approche pour les dons de façon à faire une différence pour ce qui est d’aider les jeunes à réussir et à contribuer à la prospérité future du Canada. Par l’entremise d’Objectif avenir RBC, les dons seront versés à des organismes de bienfaisance qui ciblent les jeunes durant leurs années de transition; s’emploient à offrir un accès équitable à des expériences d’apprentissage en milieu de travail; tirent parti des connaissances et de la bonne volonté des Canadiens et Canadiennes en utilisant les médias sociaux, les mentorats et d’autres ressources afin de guider les jeunes vers opportunités. Ces organismes doivent être inclusifs et doivent être en mesure de répondre aux besoins des jeunes de diverses communautés. Grâce à ces partenariats, le but ultime d’Objectif avenir RBC est d’aider les jeunes Canadiens et Canadiennes à surmonter les obstacles et à les préparer au marché du travail de demain, et ainsi à se préparer un meilleur futur.

Références :
  1. http://www.imaginecanada.ca/guide-to-giving (en anglais seulement)
  2. http://www.imaginecanada.ca/guide-to-giving (en anglais seulement)
  3. http://volunteer.ca/blog/landscape (en anglais seulement)
  4. http://www.wmfc.org/uploads/GenerationalDifferencesChart.pdf (en anglais seulement)
    http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2011/as-sa/98-311-x/98-311-x2011003_2-fra.cfm
  5. http://canadianmillennials.ca/wp-content/uploads/2012/01/R-U-Ready-for-Us-An-Introduction-to-Canadian-Millennials.pdf (en anglais seulement)
  6. http://www.environicsinstitute.org/uploads/institute-projects/canadian%20millennial%20social%20values%20study%20-%20final%20report.pdf (en anglais seulement)
    http://www.apathyisboring.com/environics/ (en anglais seulement)
  7. http://www.hjcnewmedia.com/nextgencanadiangiving2013/downloads/The_Next_Generation_of_Canadian_Giving_2013.pdf?_ga=1.73955922.1737266837.1439409211 (en anglais seulement)
  8. http://www.environicsinstitute.org/uploads/institute-projects/canadian%20millennial%20social%20values%20study%20-%20final%20report.pdf (en anglais seulement)
    http://www.apathyisboring.com/environics/ (en anglais seulement)
  9. http://www.imaginecanada.ca/blog/next-generation-philanthropy (en anglais seulement)
  10. http://www.environicsinstitute.org/uploads/institute-projects/canadian%20millennial%20social%20values%20study%20-%20final%20report.pdf (en anglais seulement)
    http://www.apathyisboring.com/environics/ (en anglais seulement)
  11. http://www.statcan.gc.ca/pub/11-008-x/2012001/article/11638-fra.htm#a6
  12. http://www.environicsinstitute.org/uploads/institute-projects/canadian%20millennial%20social%20values%20study%20-%20final%20report.pdf (en anglais seulement)
    http://www.apathyisboring.com/environics/ (en anglais seulement)