nyse-sky-in-page

La génération sandwich : êtes-vous pris au milieu ? Comment desserrer l’étau
Si vous devez à la fois élever vos enfants et prendre soin de vos parents âgés, vous faites partie d’un segment croissant de la population connu sous le nom de « génération sandwich ». Vous pourriez donc trouver difficile de concilier quotidiennement les exigences de deux générations.

L’augmentation de l’espérance de vie et l’entrée des baby-boomers dans le troisième âge signifient qu’un nombre croissant de Canadiens pourraient avoir besoin d’aide et de soins liés au vieillissement, maintenant et dans l’avenir. Selon une étude de l’Institut canadien d’information sur la santé, les personnes âgées représenteront une part grandissante de la population canadienne, soit environ 25 % en 2036, la première cohorte de baby-boomers ayant atteint 65 ans en 2011.

La prestation de soins peut avoir une incidence émotionnelle

Dans un contexte de vieillissement de la population canadienne, les études montrent que la prestation de soins peut avoir des effets négatifs sur les soignants, tant sur leur santé physique et mentale que sur leur vie professionnelle et leurs finances personnelles. Selon des chercheurs de l’Université de l’Alberta, les Canadiens qui offrent de l’assistance à leurs aînés perdent chaque année 337 millions de dollars en interruptions d’emploi, car ils travaillent moins longtemps ou ils prennent des congés liés au stress en raison des responsabilités en matière de prestation de soins.

Tony Maiorino, vice-président et chef, Services de gestion de patrimoine RBC, à Toronto, connaît bien cette réalité. Benjamin d’une famille d’immigrants italiens comptant cinq enfants, M. Maiorino a été élevé dans une culture où la nouvelle génération prenait soin de la précédente. Après avoir perdu son père quand il était adolescent, il a su que sa fratrie et lui devraient un jour prendre soin de leur mère.

« Vous prenez soin de vos enfants, vous leur préparez un repas, puis vous allez au travail. Votre mère habite chez vous et vous revenez à la maison pour vérifier si elle va bien. C’est incroyablement épuisant et les exigences sont considérables », indique M. Maiorino, père de trois enfants, lorsqu’il décrit le fardeau habituel qui incombe à un membre de la génération sandwich.

Dans un contexte où la génération sandwich devient une réalité pour un nombre grandissant de familles canadiennes, bon nombre d’entre elles cherchent des moyens d’assumer plus facilement cette responsabilité supplémentaire. Voici quelques stratégies pour atténuer les difficultés financières et émotionnelles.

Connaître les volontés de vos parents

En tant que membre de la génération sandwich, vous devez absolument réunir les bons renseignements sur les besoins et les volontés de vos parents, leurs projets de retraite et les ressources financières dont ils disposent.

« Vous pouvez garder certaines choses pour vous, mais plus vos enfants en savent sur vos finances (emplacement de vos fonds, quantité de fonds, personnes clés avec qui communiquer en cas d’imprévus), plus la situation tournera rapidement à votre avantage », affirme M. Maiorino, qui assume la prestation de soins à sa mère, de concert avec ses frères et sœurs.

Contacter un conseiller expérimenté
Vous n'avez pas de conseiller RBC et vous souhaitez en trouver un ? Laissez nous vous connecter avec l'un d'eux.

Selon Carol Abaya, une chroniqueuse affiliée américaine qui donne également des conférences sur les problèmes liés aux soins aux aînés, il est délicat pour une famille prestataire de soins de concilier la compréhension des sentiments de parents vieillissants et la façon de composer avec ces émotions en vue de préserver la dignité des aînés.

« Vous pouvez vous préparer aux questions juridiques et financières, mais il est difficile de se préparer aux difficultés émotionnelles qui découlent d’une relation avec des gens d’une autre génération, affirme Mme Abaya. Les valeurs des baby-boomers sont très différentes de celles de la génération précédente. Vous devez toutefois leur parler des pressions qui s’exerceront sur eux et de la manière dont vous voulez les protéger sur les plans financier et émotionnel. Ce n’est pas une mince affaire. »

Réunir les documents adéquats

Une procuration durable, un testament biologique concernant les décisions médicales (comme des directives pour les traitements médicaux d’urgence) et un testament traditionnel qui expose la répartition des actifs constituent certains des documents courants auxquels doivent accéder les prestataires de soins.

« Parlez-leur d’abord de la procuration, puisqu’il s’agit de la meilleure amorce de conversation sur ce sujet, indique M. Maiorino. Le simple fait de dire : « Bonjour, maman ! Tout va bien, mais j’ai des questions à te poser. As-tu un mandataire ? De qui s’agit-il ? » peut représenter une discussion difficile en soi. »

Il importe de noter que les documents de planification successorale varient d’une province à l’autre. Par exemple, si vous habitez au Manitoba, en Ontario, au Québec ou en Nouvelle-Écosse, vous pouvez établir un testament biologique. Selon votre lieu de résidence au Canada, un testament biologique peut aussi être désigné sous le nom de procuration relative aux soins personnels, de mandat, de directives anticipées de fin de vie ou de procuration.

Les plans successoraux peuvent représenter un sujet de conversation difficile pour de nombreuses personnes. Cependant, lorsque vous aurez réglé la question du mandataire avec vos parents, il deviendra bien plus facile de discuter de finances et d’actifs de retraite avec eux, indique M. Maiorino.

« Les gens de ma génération ne connaissent souvent pas avec précision la situation financière de leurs parents, ajoute-t-il. Maman dispose-t-elle d’assez d’argent pour mener le mode de vie auquel elle aspire ? Papa pourra-t-il demeurer dans sa maison encore longtemps ? Pourra-t-il assumer les coûts de la résidence pour personnes âgées de son choix ? »

En tant que prestataire de soins, vous avez intérêt à indiquer que plus vous en savez, mieux vous pourrez aider la génération vieillissante à maintenir pendant de nombreuses années le mode de vie qu’elle souhaite. « Nous n’avons pas besoin de tout savoir, mais peut-être seulement d’obtenir un aperçu de vos projets, affirme M. Maiorino. Il peut être très difficile d’aborder ce sujet avec eux s’ils ne sont pas disposés à en parler. »

Si aucun mandataire n’a été désigné, vous pouvez aider le membre vieillissant de votre famille à déterminer le candidat idéal. Il faut principalement chercher quelqu’un de fiable, qui vit tout près et qui est mesure d’atténuer les conflits familiaux éventuels. Si aucun ami ou membre de la famille correspondant à ce profil ne peut agir pour le compte de votre proche, ce dernier pourrait vouloir désigner un professionnel indépendant comme mandataire en cas d’inaptitude.

Garder un fonds d’urgence et chercher les ressources disponibles

Si vous vous sentez coincé, vous pourrez assumer le coût de plusieurs priorités grâce au fonds d’urgence adéquat que vous aurez maintenu.

« Ce fonds d’urgence pourrait vous permettre de prendre un congé sans solde d’un mois ; il pourrait également vous donner la possibilité de travailler selon un horaire réduit durant trois mois, le temps d’aider vos parents à composer avec cette situation. Vous devez mettre ce genre de choses en place », propose M. Maiorino.

Il conseille aussi de tirer parti de la gamme de services et de l’aide qu’offrent les gouvernements fédéral et provinciaux en guise de soutien aux personnes âgées et à leur famille. À l’échelle fédérale, certaines familles pourraient avoir le droit de demander le montant pour aidants familiaux dans leur déclaration de revenus. Des provinces offrent également une aide fiscale, comme le Crédit d’impôt pour les soignants primaires du Manitoba.

Souscrire une assurance soins de longue durée

Mme Abaya, qui a pris soin de sa mère vieillissante, insiste également sur le besoin de souscrire une assurance soins de longue durée pour aider un parent à maintenir son mode de vie et à assurer sa sécurité financière si des problèmes médicaux finissaient par l’empêcher d’exécuter certaines activités courantes. L’assurance soins de longue durée peut contribuer à procurer à vos aînés les ressources requises pour rester indépendants s’ils devaient un jour avoir besoin des services d’un établissement de soins de longue durée ou de services professionnels à domicile.

Racontant sa propre expérience, Mme Abaya indique avoir découvert que ses parents n’avaient pas souscrit d’assurance soins de longue durée et qu’elle n’avait aucune idée de leurs ressources financières. « Cette assurance entre en ligne de compte au moment où vous n’êtes plus en mesure de prendre soin de vous-même. Je conseille vivement aux gens de réfléchir à cette question », dit-elle.

En fin de compte, une communication ouverte, un solide réseau de soutien et un plan détaillé sont essentiels pour concilier efficacement les besoins financiers et émotionnels de toutes les générations en cause.

Les produits d’assurance sont offerts par l’entremise de Services financiers RBC Gestion de patrimoine inc., filiale de RBC Dominion valeurs mobilières Inc. Lorsqu’ils offrent des produits d’assurance vie dans toutes les provinces sauf le Québec, les conseillers en placement agissent à titre de représentants en assurance de Services financiers RBC Gestion de patrimoine inc. Au Québec, ils agissent à titre de conseillers en sécurité financière de Services financiers RBC Gestion de patrimoine inc., qui est inscrit au Québec en tant que cabinet de services financiers.