children using laptop above

Bien que l’Internet fasse partie de la vie courante de nos jours, cela ne signifie pas pour autant que la génération plus jeune est naturellement consciente des risques reliés à la navigation dans le cyberespace.

Pour ceux et celles qui ont grandi sans l’Internet, son envergure et sa complexité peuvent être une source de grande anxiété quant à la sécurité en ligne. À cet effet, une étude récente réalisée par Norton a révélé que 86 pour cent des répondants canadiens appréhendaient de devenir une victime d’un cybercrime.1 Une autre source de préoccupation chez plusieurs adultes portait sur leurs efforts d’éducation de la plus jeune génération en matière de sécurité sur l’Internet, étant donné que les jeunes, pour la plupart d’entre eux, n’ont jamais vécu dans un monde sans connectivité à l’Internet.

Un processus d’apprentissage

Une compréhension personnelle des mesures de sécurité recommandées peut s’avérer extrêmement utile pour protéger toute sa famille.

  • Hameçonnage – En 2013, le Centre antifraude du Canada a reçu plus de 16 000 plaintes de fraude reliées à des courriels et de faux sites Web.2 Les cybercriminels utilisent cette stratégie pour accéder à des renseignements personnels par l’entremise de courriels comportant des liens ou des demandes d’information comme des numéros de comptes, des confirmations de mots de passe ou des adresses. On ne doit jamais ouvrir de liens ou de courriels reçus de personnes qui nous sont inconnues; les entreprises réputées ne sollicitent jamais par courriel de renseignements personnels ou d’information sur les comptes.
  • Mots de passe – Une recherche de Microsoft a conclu que le navigateur typique sur l’Internet possédait 6,5 mots de passe pour le Web et 25 comptes en ligne qui nécessitaient des mots de passe.3 Bien qu’ils soient faciles à mémoriser, les noms, dates de naissance ou autres renseignements familiaux devraient être évités de même que des mots standards du dictionnaire. On doit aussi éviter de sauvegarder ses mots de passe dans un ordinateur ou cellulaire, et chaque compte devrait être protégé par un mot de passe différent.  
  • Actions proactives en ligne – S’assurer que ses logiciels de sécurité soient toujours à jour est une pratique importante, de même qu’effacer régulièrement l’historique de son navigateur Web et faire preuve de vigilance en surveillant de près ses comptes en ligne pour toute activité inhabituelle.

Les personnes, familles et entreprises désireuses de se renseigner sur des pratiques de sécurité plus détaillées devraient consulter le programme Pensez cybersécurité du gouvernement du Canada.

grandmother granddaughter pointing laptop

Sensibiliser la plus jeune génération

94 pour cent des jeunes Canadiens ont un compte Facebook, 87 pour cent ont un téléphone cellulaire avant la 11e année scolaire, et sept sur dix sites Web visités sont des sites de réseaux sociaux.4 Bien que l’Internet fasse partie de la vie courante de nos jours, cela ne signifie pas pour autant que la génération plus jeune est naturellement consciente des risques reliés à la navigation dans le cyberespace. Aussi, bien que les logiciels de contrôle parental soient une mesure d’utilisation courante, une telle mesure est réactive et ne remplace d’aucune façon la valeur d’une éducation proactive et de littératie sur les médias pour développer une forte prise de conscience partagée au sein de la famille.

Parmi toutes les ressources, les organismes de promotion et les autorités qui s’intéressent à la sécurité des jeunes en ligne, il existe un consensus très clair quant à l’importance d’un dialogue et d’une communication ouverte au sein de la famille. En effet, il est important de discuter régulièrement avec ses enfants de ce qu’ils aiment et n’aiment pas en ligne et aussi de ce qu’ils y apprennent afin d’alimenter les discussions à ce propos et de créer un niveau de confort chez ses enfants, tel qu’ils n’hésiteront pas à poser leurs questions et à faire part de leurs problèmes aux adultes. Les parents doivent aussi leur rendre la pareille, en partageant avec eux la manière dont ils se servent de l’Internet à des fins professionnelles et personnelles, en vue d’enrichir leurs discussions et de les rendre plus pertinentes.

Une étude menée en 2014 par McAfee Canada a montré que seulement la moitié des jeunes répondants avait mentionné que leurs parents avaient eu une conversation avec eux sur la sécurité en ligne et que 25 pour cent seulement leur avaient confié que leurs parents surveillaient leur comportement en ligne.5 Installer l’ordinateur familial dans une pièce commune, de même que se doter de règles pour éviter que les ordinateurs portables et les appareils mobiles ne soient utilisés privément, est l’une des stratégies les plus efficaces pour promouvoir un forum ouvert, s’assurer d’une surveillance continue des activités en ligne et enrayer la culture du secret. Ce faisant, parents et enfants auront l’occasion de naviguer ensemble sur l’Internet, ce qui suscitera des apprentissages actifs tant du point de vue des parents que des enfants.

Un autre aspect important pour promouvoir la sécurité en ligne est de se rappeler que même si l’Internet n’est pas un espace physique, que la plupart des règles parentales s’appliquent tout autant. Les mêmes consignes de ne pas parler à des inconnus, de connaître leurs amis et de dire à un adulte si quelqu’un les rend inconfortables sont aussi précieuses dans le monde en ligne. Une règle qui doit leur être communiquée de façon toute particulière concerne le partage d’information personnelle. Tout ce qui est affiché en ligne est public jusqu’à un certain degré et les jeunes prennent souvent des décisions impulsives sans considérer leurs conséquences à long terme. L’objectif poursuivi est de les aider à développer une conscience de la finalité de leurs actions versus le risque y associé lorsqu’ils partagent leurs photos, messages et détails de profil.

Une conscience globale s’étend au-delà de la résidence familiale, ce qui fait qu’il s’avérera important et très utile de se renseigner sur les initiatives communautaires et régionales disponibles. Un bon point de départ consisterait à contacter votre commission scolaire, service de police et centre jeunesse pour obtenir plus d’information sur les séances et campagnes d’information qui pourraient être offertes.

children laughing laptop

L’intimidation dans le cyberespace

Une étude nationale menée par Telus Wise, en partenariat avec Habilo Médias et PREVNet, a démontré que 42 pour cent des jeunes âgés de 12 à 18 ans ont été victimes de cyberintimidation et que 60 pour cent d’entre eux ont été témoins de tels incidents. Plus surprenant encore, 43 pour cent des jeunes sont d’avis qu’en parler à ses parents ou enseignants ne changerait rien.6

Bien que chaque province et territoire se soit doté d’une législation et de politiques sur l’intimidation, le Canada ne commandite pas de campagne nationale pour contrer l’intimidation. Comme parents, éducateurs, professionnels et modèles de rôle, nous devrions tous nous sentir interpellés pour agir afin de nous outiller des meilleures ressources et informations pour assurer la sécurité de nos enfants.

Principaux conseils par âge pour assurer la sécurité en ligne

Groupe d’âges Recommandations
5 à 7*
  • Assoyez-vous toujours avec vos enfants lorsqu’ils sont en ligne et participez à leurs activités.
  • Utilisez des moteurs de recherche pour enfants comme KidRex ou Kids Click.
  • Entamez des conversations avec eux sur les grands principes de la confidentialité en ligne; par exemple, dites-leur pourquoi il est recommandé d’utiliser un pseudonyme lorsqu’un site nécessite un nom pour personnaliser son contenu.
8 à 10*
  • Utilisez des filtres Internet comme complément à la supervision parentale.
  • Optez pour un compte courriel familial partagé plutôt qu’un compte individuel pour votre enfant.
  • Visionnez au préalable tout site Web, jeu ou application que votre enfant aimerait utiliser.
  • Insistez auprès d’eux quant à l’importance d’adopter un comportement sécuritaire et éthique sur les réseaux sociaux – de n’ajouter que des personnes avec lesquelles ils sont amis, de ne pas ajouter d’applications sans permission, de ne pas télécharger de photos sans un consentement approprié ou sans demander votre permission.
11 à 13*
  • À une heure prédéterminée en soirée, rangez tous les appareils numériques de vos enfants dans votre chambre à coucher, afin que leur chambre soit une zone « sans techno » la nuit.
  • Explorez avec eux les paramètres de confidentialité de réseaux sociaux en ligne et discutez de l’importance de s’en servir pour gérer leur confidentialité.
  • Communiquez à vos enfants des stratégies de réponse et d’action advenant qu’ils soient victimes ou témoins de cyberintimidation et rassurez-les à savoir qu’ils peuvent compter sur vous advenant qu’ils soient troublés par un événement en ligne.
  • Insistez auprès de vos enfants pour qu’ils vous préviennent avant de rencontrer en personne des « amis » qu’ils se sont faits en ligne.
14 à 17*
  • Continuez de vous assurer que la chambre de votre ado soit une zone « sans techno » la nuit.
  • Tenez-vous au courant et visitez les sites Web que votre ado aime visiter.
  • Encouragez votre ado à s’arrêter et à évaluer une situation avant d’afficher, de partager ou de transmettre quoi que ce soit en ligne, de contrôler son émotivité et son impulsivité, et d’adopter un comportement éthique et empathique en ligne. À cet effet, il est important de le sensibiliser au fait que ce qui est affiché en ligne y demeure éternellement, ce qui est particulièrement pertinent au moment où les ados commencent à se chercher un emploi et que les employeurs peuvent se faire une idée de leur présence en ligne en ayant recours à des vérifications d’antécédents.
  • Aidez-les à concevoir des stratégies pour résoudre des conflits en ligne et rassurez-les à l’effet que vous les aiderez à trouver une solution advenant qu’ils soient confrontés à une situation problématique.
  • Convenez avec votre ado qu’il est important qu’il vérifie avec vous avant d’effectuer une transaction en ligne.
18+**
  • Ne fournissez qu’un minimum d’information personnelle lorsque vous remplissez des formulaires d’inscription en ligne, des profils personnels ou participez à un concours.
  • Sécurisez votre ordinateur en activant votre pare-feu et en utilisant un logiciel anti-virus et contre les logiciels malveillants.
  • Utilisez le cryptage pour vos dossiers les plus confidentiels et sauvegardez vos données importantes sur un disque dur distinct ou dans un autre endroit.  
  • Assurez-vous que les paramètres de votre réseau sans fil résidentiel sont bien sécurisés. N’effectuez pas de transactions qui nécessitent des mots de passe, des numéros de compte ou des numéros de cartes de crédit sur des réseaux Wi-Fi publics.

*Extrait d’Habilo Médias, le Centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique.
http://habilomedias.ca/fiche-conseil/conseils-sécurité-âge-5-7-ans
**Provenant du site du gouvernement du Canada : Pensez cybersécurité – protégez-vous
http://www.pensezcybersecurite.gc.ca/index-fr.aspx

Ce document a été préparé pour les sociétés membres de RBC Gestion de patrimoine, RBC Dominion valeurs mobilières Inc. (RBC DVM)*, RBC Phillips, Hager & North Services-conseils en placements inc. (RBC PH&N SCP), RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. (RBC GMA), la Société Trust Royal du Canada et la Compagnie Trust Royal (collectivement, les « sociétés ») ainsi que leurs sociétés affiliées, RBC Placements en Direct Inc. (RBCPD)*, Services financiers RBC Gestion de patrimoine inc. (SF RBC GP) et Fonds d’investissement Royal Inc. (FIRI). *Membre–Fonds canadien de protection des épargnants. Chacune des sociétés, FIRI, SF RBC GP, RBCPD et la Banque Royale du Canada sont des entités juridiques distinctes et affiliées. Par « conseiller RBC », on entend les banquiers privés employés par la Banque Royale du Canada, les représentants inscrits de FIRI, les représentants-conseils employés par RBC PH&N SCP, les premiers conseillers en services fiduciaires et les chargés de comptes employés par la Compagnie Trust Royal ou la Société Trust Royal du Canada ou les conseillers en placement employés par RBC DVM. Au Québec, les services de planification financière sont fournis par FIRI ou par SF RBC GP, qui sont inscrits au Québec en tant que cabinets de services financiers. Ailleurs au Canada, les services de planification financière sont offerts par l’entremise de FIRI, de la Société Trust Royal du Canada, de la Compagnie Trust Royal ou de RBC DVM. Les services successoraux et fiduciaires sont fournis par la Société Trust Royal du Canada et la Compagnie Trust Royal. Si un produit ou un service particulier n’est pas offert par l’une des sociétés ou par FIRI, les clients peuvent demander qu’un autre partenaire RBC leur soit recommandé. Les produits d’assurance sont offerts par l’intermédiaire de SF RBC GP, filiale de RBC DVM. Lorsqu’ils offrent ou vendent des produits d’assurance vie dans toutes les provinces sauf le Québec, les conseillers en placement agissent à titre de représentants en assurance de SF RBC GP. Au Québec, les conseillers en placement agissent à titre de conseillers en sécurité financière de SF RBC GP. Les stratégies, les conseils et les données techniques contenus dans cette publication sont fournis à nos clients à titre indicatif. Ils sont fondés sur des données jugées exactes et complètes, mais nous ne pouvons en garantir l’exactitude ni l’intégralité. Le présent document ne donne pas de conseils fiscaux ou juridiques, et ne doit pas être interprété comme tel. Les lecteurs sont invités à consulter un conseiller juridique ou fiscal qualifié ou un autre conseiller professionnel lorsqu’ils prévoient mettre en oeuvre une stratégie. Ainsi, leur situation particulière sera prise en considération comme il se doit et les décisions prises seront fondées sur la plus récente information qui soit. Les taux d’intérêt, l’évolution du marché, le régime fiscal et divers autres facteurs touchant les placements sont susceptibles de changer. Ces renseignements ne constituent pas des conseils de placement ; ils ne doivent servir qu’à des fins de discussion avec votre conseiller RBC. Les sociétés, FIRI, SF RBC GP, RBCPD, la Banque Royale du Canada, leurs sociétés affiliées et toute autre personne n’acceptent aucune responsabilité pour toute perte directe ou indirecte découlant de toute utilisation de ce rapport ou des données qui y sont contenues.

® / MC Marque(s) déposée(s) de la Banque Royale du Canada. RBC Gestion de patrimoine est une marque déposée de la Banque Royale du Canada, utilisée sous licence. © 2016 Banque Royale du Canada. Tous droits réservés.