electric car plugged into charging station in parking-garage

Par Frédérique Carrier

Le monde opère actuellement un virage radical vers l’énergie renouvelable. Cette transformation sera plus rapide et possiblement plus profonde que lors de l’adoption du pétrole dans les années 1850. Dans ce cas, il s’est écoulé un siècle entre le forage des premiers puits de pétrole commerciaux et le moment où le pétrole a représenté un quart de l’énergie utilisée dans le monde. Aujourd’hui, l’objectif est de réaliser l’essentiel de cette transition énergétique d’ici 2050, ou en seulement trente ans, conformément à l’Accord de Paris, qui a pour but de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

Une part considérable de l’énergie actuellement tirée de combustibles fossiles devra être remplacée par une énergie provenant de sources renouvelables, sans oublier que la demande d’électricité continuera d’augmenter comparativement aux niveaux actuels, étant donné la croissance démographique et l’électrification grandissante de nombreuses activités, comme les transports.

En somme, la transition énergétique exige une modification, en quelques décennies, de la façon dont l’énergie est produite, emmagasinée, distribuée et utilisée.

Selon l’IRENA (Agence internationale pour les énergies renouvelables), une organisation intergouvernementale qui aide les pays à assurer leur transition vers un plus grand recours à l’énergie durable, 110 billions de dollars devront être investis au cours des 30 prochaines années pour réaliser la transformation énergétique mondiale.

Investissements cumulatifs nécessaires à la transition énergétique
Le diagramme circulaire illustre la répartition des investissements totaux pour réaliser la transition énergétique.

Le diagramme circulaire illustre la répartition des investissements totaux d’une valeur estimative de 110 000 milliards de dollars nécessaires pour réaliser la transition énergétique, selon l’International Renewable Energy Agency : électrification et infrastructure, 26 000 milliards de dollars (23 %) ; énergie renouvelable, 27 000 milliards de dollars (24 %) ; efficacité énergétique, 37 000 milliards de dollars (35 %) ; combustibles fossiles et autres, 20 000 milliards de dollars (18 %).


Combustibles fossiles et autres: 20 000 G$ (18 %)

Électrification et infrastructure: 26 000 G$ (23 %)

Efficacité énergétique: 37 000 G$ (35%)

Énergie renouvelable: 27 000 G$ (24 %)

Nota : Combustibles fossiles = principalement le pétrole, le gaz naturel et le charbon

Source : IRENA

Soulignons que ces investissements en faveur d’une profonde transformation s’appuient sur des plans d’action gouvernementaux qui sont synchronisés pour la première fois, l’année 2020 ayant marqué un tournant.

  • Le pacte vert pour l’Europe a réorienté le plan de relance de l’UE en matière de COVID-19 vers l’énergie renouvelable, notamment les infrastructures de recharge, la production d’énergie et les projets verts utilisant l’hydrogène, en allouant jusqu’à 600 milliards de dollars à des projets écologiques.
  • Le 14e plan quinquennal de la Chine prévoit que les véhicules électriques constitueront 20 % du total des ventes de voitures neuves au pays d’ici 2025, contre seulement 5 % à l’heure actuelle, et une réduction de la dépendance nationale envers le charbon (dépenses allant jusqu’à 10 billions de yuans, soit 1,5 billion de dollars).
  • Joe Biden a remporté l’élection présidentielle américaine, en proposant notamment un vaste programme de dépenses en infrastructures (jusqu’à 2 billions de dollars).
Certains secteurs devraient tirer parti de la transition énergétique
TransformationSecteur
Énergie renouvelable
  • Exploitants indépendants de parcs éoliens
  • Fabricants d’éoliennes
  • Sociétés de services publics ayant une expertise en énergie renouvelable
  • Fabricants d’équipement pour panneaux solaires
  • Facilitateurs (fabricants de semi-conducteurs)
  • Logiciels/programmes de développement d’application
  • Systèmes de surveillance
Entreposage d’énergie
  • Exploitants de systèmes de batteries
  • Fabricants de batteries
Transport et distribution
  • Gestionnaires de systèmes de transport
  • Fabricants de câbles électriques
  • Fabricants d’équipement énergétique (p. ex. sous-stations, transformateurs)
  • Sociétés de distribution d’électricité
Véhicules électriques
  • Fabricants et exploitants d’infrastructures de recharge
  • Fabricants de pièces

Source : RBC Gestion de patrimoine

Première transformation : la façon dont l’énergie est produite

Comme nous l’avons souligné dans notre rapport sur les changements climatiques en mars, l’énergie utilisée dans l’industrie, les transports et les bâtiments cause près des trois quarts de toutes les émissions de gaz à effet de serre. Actuellement, des combustibles fossiles (principalement le pétrole, le gaz naturel et le charbon) sont brûlés pour produire de l’électricité, ce qui crée des émissions de carbone. L’une des façons de réduire les émissions est d’opter pour une électricité produite par des turbines éoliennes, des panneaux solaires et d’autres sources d’énergie renouvelable. L’hydroélectricité est sans doute déjà utilisée à son plein potentiel : les pays n’ont pas tous les ressources en eau nécessaires, et ceux qui en disposent les ont déjà exploitées au maximum au cours des 100 dernières années.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit que l’énergie renouvelable représentera 95 % de l’augmentation nette de la capacité énergétique mondiale d’ici 2025. Elle souligne que l’énergie solaire et l’énergie éolienne terrestre, dont les coûts ont chuté de façon spectaculaire au cours des deux dernières décennies, sont déjà les moyens les moins chers d’ajouter de nouvelles capacités de production d’électricité dans la plupart des pays. L’AIE s’attend à ce que le solaire représente à lui seul 60 % de tous les ajouts de capacité issus de sources d’énergie renouvelable d’ici 2025, et l’éolien, 30 %. Dans ce dernier domaine, l’énergie éolienne en mer devrait connaître la plus forte croissance, grâce à une nouvelle baisse des coûts et à une expansion au-delà de l’Europe et du Royaume-Uni où elle est déjà un facteur important, vers de nouveaux marchés comme la Chine et les États-Unis, où le potentiel demeure considérable.

L’énergie renouvelable dans divers pays
Tous font des efforts
Pays ou régionProduction d’électricité en 2020Commentaire
ÉolienneSolaireHydroélectrique
Chine 5 % 3 % 17 % Le secteur de l’énergie renouvelable de la Chine est le plus imposant de la planète ; il fabrique près des trois quarts des panneaux solaires, deux tiers des batteries lithium-ion et près de la moitié des éoliennes du monde. Le pays a par ailleurs la main haute sur l’approvisionnement mondial en cobalt et en lithium, des éléments clés utilisés pour le stockage dans des batteries. La Chine est actuellement le plus grand émetteur de gaz à effet de serre du globe. Elle prévoit toutefois augmenter sa capacité de production d’énergie renouvelable de 40 % entre 2020 et 2025.
Union européenne (UE) 15 % 5 % 13 % En 2000, l’Allemagne a été le premier pays de l’UE à annoncer le début d’une réduction graduelle de l’utilisation des combustibles fossiles, mettant ainsi en place les conditions nécessaires pour que l’Europe devienne un pôle mondial dans le domaine des technologies renouvelables. Bon nombre des plus grandes entreprises de services publics européennes sont devenues des pionnières de la transition énergétique en construisant des parcs éoliens et solaires et en investissant dans des réseaux aux quatre coins du monde. L’UE a continué de montrer la voie dans ce domaine en créant un pont entre son plan d’action budgétaire lié à la COVID-19 et son objectif de création d’une économie plus verte. Les projets visant à restructurer les marchés de l’électricité de l’UE devraient lui permettre de faire un pas de plus vers l’atteinte de cet objectif.
États-Unis 8 % 2 % 7 % Les États-Unis sont à la traîne d’autres pays dans la transition énergétique, ayant jusqu’à maintenant tout misé sur l’huile et le gaz de schiste dans le but de devenir le plus grand producteur de pétrole au monde. Le président, Joe Biden, a toutefois l’intention d’entreprendre la décarbonisation de l’économie américaine. Son programme de dépenses en infrastructures de 2 000 milliards de dollars serait le plus ambitieux des dernières décennies. Il comprend quelque 175 milliards de dollars en crédits d’impôt pour les véhicules électriques et en investissements dans les bornes de recharge, 100 milliards de dollars pour la modernisation du réseau électrique du pays et une somme similaire pour la rénovation des bâtiments résidentiels et institutionnels.
Canada 5 % 0 % 60 % Le Canada s’est toujours concentré sur l’hydroélectricité en raison de ses abondantes ressources en eau. L’industrie des sables bitumineux de l’Alberta est par ailleurs bien établie, mais compte tenu du coût élevé de l’extraction et de la faiblesse relative des prix du pétrole depuis les six dernières années, la région explore de nouvelles avenues. Bénéficiant d’un territoire riche en ressources géologiques, le gouvernement de l’Alberta milite activement en faveur du développement de l’énergie géothermique et de la production d’hydrogène. Il cherche également à favoriser l’extraction des minéraux utilisés dans la fabrication des batteries.
R.-U. 25 % 2 % 2 % Au cours des dernières décennies, le Royaume-Uni a complètement éliminé sa dépendance envers le charbon en le remplaçant par le gaz naturel et des sources d’énergie renouvelable. Il a ainsi réduit ses émissions de carbone plus rapidement que les autres pays développés. Le Royaume-Uni possède le plus grand parc éolien en mer du monde entier avec plus de 170 turbines sur 400 km2 (mais la Chine exécute un projet qui pourrait lui permettre de prendre les devants d’ici les dix prochaines années). Pour se doter d’une économie verte, le pays doit maintenant réduire sa dépendance envers le gaz naturel. Les efforts de décarbonisation semblent avoir diminué depuis quelques années et le consensus politique sur cette question s’est affaibli. L’annonce d’une « révolution industrielle propre » par le gouvernement en décembre dernier vise à rétablir la situation. Le Royaume-Uni accueillera en novembre 2021 la 26e conférence annuelle de l’ONU sur le climat (COP26), ce qui lui donnera l’occasion de réaffirmer sa position de chef de file mondial dans la lutte contre les changements climatiques.

Sources : Energy Information Administration, Ressources naturelles Canada, Ember et Agora Energiewende, China Electricity Council ; département des Affaires, de l’Énergie et de la Stratégie industrielle du Royaume-Uni

Les énergies éolienne et solaire joueront probablement des rôles dominants dans l’économie à faible émission de carbone, mais d’autres technologies y contribueront également.

  • Nucléaire : Ne produit pas d’émissions de gaz à effet de serre, mais la fabrication de l’équipement et la construction des usines en causent fort probablement
  • Capture du carbone : Élimine le dioxyde de carbone de l’atmosphère ou directement des processus industriels, et le confine dans des formations géologiques souterraines profondes (technique appelée « séquestration »)
  • Hydrogène : Peut être utilisé pour stocker l’énergie solaire et l’énergie éolienne afin de s’en servir au besoin. Peut remplacer les combustibles fossiles, y compris le charbon cokéfiable (pour en savoir plus, voir l’article L’hydrogène : plus que de simples paroles à la page 11)
  • Énergie géothermique : Tire profit des températures assez constantes à quelques mètres sous la surface de la terre pour chauffer les maisons et les bâtiments en hiver, et les refroidir en été à l’aide de thermopompes
  • Récupération de l’énergie résiduelle : Capte l’énergie résiduelle des bâtiments et des processus industriels, puis la transforme en électricité au moyen de convertisseurs thermoélectriques

Deuxième transformation : la façon dont l’énergie est emmagasinée

En ce qui concerne l’énergie renouvelable, l’un des défis majeurs réside dans le décalage entre la demande permanente d’électricité et l’intermittence des énergies solaire et éolienne. De fait, le soleil ne brille pas toujours et le vent ne souffle pas constamment. Pire encore, durant certaines tempêtes, il peut être impossible de faire fonctionner un parc éolien.

La transition énergétique a forcé les sociétés pétrolières et gazières à investir dans l’énergie renouvelable. Les grandes entreprises européennes sont à l’avant-garde en la matière. Par exemple, Royal Dutch Shell est allée jusqu’à établir un lien entre la rémunération des hauts dirigeants et les progrès réalisés dans la réduction de ses émissions. Les géants du pétrole américains, qui s’étaient montrés plus réticents, commencent à avancer dans la bonne direction. Les grandes sociétés énergétiques mondiales peuvent certainement apporter leur contribution, notamment en affectant une partie de leurs énormes flux de trésorerie disponibles au financement de leurs objectifs de transition. À notre avis, elles risquent toutefois de payer trop cher pour leurs projets d’énergie renouvelable.

On peut néanmoins remédier à ce problème en ajoutant une source d’énergie que l’on utilisera uniquement en cas de besoin, sauf que de telles sources produisent habituellement des émissions nocives et coûtent cher si elles ne sont utilisées qu’à temps partiel.

Les systèmes de stockage d’énergie sur batterie, qui permettent d’emmagasiner l’énergie produite en surplus afin de l’utiliser en cas de pénurie énergétique, forment une autre solution envisageable. Ces batteries de taille industrielle peuvent être fixes ou modulaires et installées à divers points du réseau électrique pour faciliter la gestion de ce dernier. Elles constituent ainsi une composante essentielle d’un réseau reposant de plus en plus sur l’énergie renouvelable.

Les coûts de stockage diminuent grâce à l’innovation et aux économies d’échelle. Selon Shelby Tucker, analyste, Services publics, RBC Capital Markets, LLC, les coûts unitaires des systèmes de stockage devraient diminuer de 45 % d’ici 2030 et de 59 % d’ici 2050, tandis que la prochaine génération de batteries, dont certaines offrent plus du double de la capacité énergétique des batteries lithium-ion standards, pourrait faire baisser encore plus les coûts. D’après lui, d’ici 2050, le marché mondial des batteries pourrait être 100 fois plus important qu’il ne l’est aujourd’hui.

Les technologies de batterie pourraient également jouer un rôle crucial dans l’adoption des véhicules électriques. Comme la batterie peut représenter jusqu’à 30 % du prix d’un véhicule électrique, une réduction de son coût contribuera à rendre ce type de véhicule plus concurrentiel. Le coût a déjà diminué de plus de 85 % au cours des dix dernières années, mais il doit encore baisser. À l’heure actuelle, le coût moyen d’un bloc-batterie lithium-ion est d’un peu moins de 140 $ le kilowattheure (kWh). Selon BloombergNEF, pour que le véhicule électrique livre concurrence à la voiture traditionnelle, il faut le faire baisser à 100 $ le kilowattheure. Cet objectif semble réalisable d’ici 2023, certains fabricants ayant annoncé être parvenus à faire passer le coût sous la barre des 100 $ pour la première fois.

Fait important, l’autonomie, l’efficacité et la vitesse de recharge des batteries devraient également s’améliorer grâce à l’innovation et aux investissements. Volkswagen s’est récemment engagée à réduire de moitié le coût des batteries et à produire des batteries longue durée à recharge rapide à partir de 2024.

L’énergie hydroélectrique peut faire office de batterie à très grande échelle. Au Canada, un gros projet d’énergie éolienne a récemment été lancé au Québec. Il a été rendu possible grâce à l’énorme capacité hydroélectrique de la province, laquelle peut servir de solution de rechange lorsque l’énergie éolienne faiblit. L’énorme potentiel éolien et solaire de l’Alberta pourrait lui aussi être mieux exploité s’il était soutenu par les vastes ressources hydroélectriques de la Colombie-Britannique. Il manque pour cela un réseau plus intégré le long de la frontière de 1 800 km qui sépare les deux provinces.

Troisième transformation : la façon dont l’énergie est transportée

Étant donné que les panneaux solaires sont installés là où le soleil brille et que les éoliennes sont érigées à des endroits venteux, et pas forcément près des villes, le modèle actuel de transport de l’électricité d’une centrale aux villes avoisinantes n’est pas viable.

Le transport de l’électricité solaire et éolienne exige des lignes à haute tension sur de grandes distances. Aux États-Unis, comme en bien d’autres endroits, la question est problématique parce que le système de transport est très fragmenté et qu’il n’achemine pas facilement l’électricité d’un bout à l’autre du pays.

Des réseaux de transport à haut voltage sont en cours d’aménagement, mais il s’agit de projets complexes qui font appel à de nombreux intervenants, comme des propriétaires fonciers, des États et des gouvernements locaux. Prenons l’exemple du réseau électrique à haute tension TransWest Express, conçu pour transporter vers la Californie trois gigawatts (GW) d’énergie éolienne produite grâce aux vents du Wyoming. Dix-sept ans après le début de la planification des travaux, la construction est enfin sur le point de commencer.

La Chine construit son réseau de transport à ultra-haute tension depuis 2009 pour répondre à la forte hausse de la consommation d’électricité et de diverses ressources énergétiques. À la fin de 2020, elle avait construit 30 réseaux pour acheminer l’électricité de ses régions intérieures vers ses régions côtières peuplées de l’Est et du Sud.

Les réseaux de distribution d’énergie, qui relient les lignes électriques aux résidences, devront aussi être modernisés pour répondre à la demande croissante en électricité à mesure que diminue la dépendance des maisons envers les combustibles fossiles. Par exemple, selon l’Administration fédérale des autoroutes des États-Unis, un véhicule électrique consomme 4 000 kWh d’électricité par année pour parcourir 21 726 km. Il faut toutefois reconnaître qu’il s’agit d’une longue distance par rapport aux normes européennes. À titre de comparaison, un ménage américain consomme 11 000 kWh par année ; les véhicules électriques feraient donc augmenter d’un tiers la consommation aux États-Unis.

Quatrième transformation : la façon dont l’énergie est utilisée

Malgré l’intérêt suscité pendant des années par les véhicules électriques, ces voitures représentaient à peine 3 % de la demande mondiale en 2020. Il existait cependant des différences marquées d’une région à l’autre. La persistance de prix prohibitifs, l’autonomie inadéquate des batteries et le manque d’infrastructure de recharge publique ou résidentielle sont tous des facteurs qui retardent l’adoption des véhicules électriques.

Prévision de la demande de véhicules électriques à l’échelle mondiale
Avance de l’Europe de l’Ouest, rattrapage de la Chine
Pays ou régionVéhicules électriques (pourcentage de la demande totale de véhicules)Pourcentage de véhicules en service 2050
20202025E2050E
États-Unis 2 % 7 % 80 % 44 %
Chine 4 % 18 % 95 % 57 %
Europe de l’Ouest 6 % 20 % 95 % 63 %
Monde 3 % 11 % 83 % 46 %

Source : RBC Marchés des Capitaux

Cette situation est toutefois sur le point de changer. Selon les prévisions de Joseph Spak, analyste, Automobile, RBC Capital Markets, LLC – USA, les véhicules électriques représenteront 11 % de la demande de nouvelles voitures d’ici 2025, leur nombre augmentant de quelque 40 % par année, grâce à des règlements visant à éliminer les véhicules à moteur à combustion interne. Jusqu’à présent, au moins 24 pays ont proposé une forme quelconque de cibles d’émission nulle pour les véhicules. Par exemple, le Royaume-Uni interdira la vente de nouvelles voitures diesel ou à essence à partir de 2030.

Aux États-Unis, le plan d’infrastructure du président Biden vise à consacrer quelque 175 milliards de dollars aux véhicules électriques sous la forme de crédits d’impôt accordés aux consommateurs et de mesures incitatives pour l’installation de 500 000 bornes de recharge publiques.

Les fabricants en sont aux premières étapes d’un important cycle d’investissements et de dépenses en immobilisations pour accroître considérablement la production de véhicules électriques et mettre au point les logiciels s’y rapportant. Beaucoup prévoient augmenter la capacité des véhicules électriques et offrir une vaste gamme de prix et de modèles. General Motors (GM) accélère l’exécution de ses plans relatifs aux véhicules électriques en consacrant 27 milliards de dollars aux véhicules électriques et autonomes durant les cinq prochaines années. Cette société veut livrer plus d’un million de véhicules électriques d’ici 2025 et cesser la production de voitures à essence d’ici 2035. Les véhicules à moteur à combustion interne existants de Ford devraient aussi être remplacés par des véhicules électriques, mais à un rythme moins rapide que chez GM. En Chine, les constructeurs automobiles accélèrent également la production de véhicules électriques. Zhejiang Geely Holding, l’un des principaux constructeurs automobiles de la Chine et propriétaire de Volvo Cars, a lancé une marque de véhicules électriques de luxe, appelée « Zeekr ». De plus en plus d’entreprises en démarrage s’intéressent au marché florissant des véhicules électriques au pays. Li Auto souhaite devenir le premier constructeur de véhicules électriques intelligents en Chine et conquérir 20 % du marché chinois d’ici 2025.

Le remplacement des véhicules à moteurs à combustion interne par des véhicules électriques a été comparé au passage des chevaux aux voitures. Il ne s’agit peut-être pas d’une exagération. Le changement dépasse largement la simple modification des chaînes de montage. Les véhicules électriques deviennent de plus en plus comme les téléphones intelligents, comme en témoigne la transmission sans fil de mises à jour logicielles.

La réussite de cette numérisation est cruciale, étant donné que les logiciels ouvrent de nouvelles possibilités de revenus récurrents et après-vente au moyen de mises à niveau numériques et d’une connectivité accrue des consommateurs. Au cours des cinq prochaines années, Volkswagen consacrera 27 milliards d’euros aux logiciels, à l’intelligence artificielle et aux véhicules autonomes dans le but de faire passer de 10 % à 60 % la part de ses propres logiciels utilisés dans ses voitures. Comme d’autres, cette société choisit de conserver les nouvelles technologies en interne afin d’apprendre comment optimiser la technologie et les coûts.

M. Spak souligne que les investisseurs ont applaudi dans l’ensemble cette accentuation des investissements, qui améliore les perspectives d’avenir des sociétés. Ils voudront toutefois sans doute voir des preuves que ces investissements procurent de meilleurs rendements et que les véhicules électriques constituent une plateforme offrant de plus grandes possibilités de revenus récurrents et un plus vaste marché potentiel, et présentant un caractère moins cyclique. L’enthousiasme des investisseurs à l’égard des constructeurs automobiles traditionnels qui entreprennent cette métamorphose devrait être atténué par l’éventualité de réductions de valeur découlant de l’empreinte des usines traditionnelles, des restructurations, des problèmes de main-d’œuvre et du changement culturel.

Les fournisseurs de pièces devront aussi assurer une transition rapide. M. Spak croit que ceux qui peuvent démontrer leur capacité à produire des bénéfices élevés dans un monde de véhicules électriques devraient voir un réajustement de leurs valorisations à la hausse ou, à tout le moins, constater le maintien des récentes augmentations de leur valorisation. Si les niveaux actuels de rentabilité devaient à peine se maintenir ou même diminuer, il serait à son avis plus difficile de justifier une hausse de la valorisation.

Une pause rafraîchissante ?

Les actions des technologies vertes ont perdu du terrain jusqu’à présent cette année, puisque le marché s’est tourné vers les actions les plus susceptibles de tirer profit du redémarrage de l’économie. L’indice mondial de l’énergie de remplacement MSCI est un indicateur utile, car il suit des sociétés qui tirent au moins 50 % de leurs revenus d’activités favorisant une économie plus durable sur le plan de l’environnement. Cette année, l’indice a perdu près de 30 % de sa valeur du début de janvier au début de mars. Bien entendu, cette baisse a suivi le gain de 220 % enregistré entre le creux de mars 2020 et le sommet atteint par l’indice en janvier (comparativement au gain de 71 % de l’indice MSCI Monde durant la même période). Après la récente correction, le ratio cours/bénéfice relatif de l’indice se trouve à son niveau le plus bas en quatre ans. Malgré les gains importants réalisés l’an dernier, il convient à notre avis de saisir l’occasion offerte par la récente volatilité pour accroître les placements visant à profiter de ces thèmes de longue durée.


Déclarations exigées

Ressources pour les recherches

Déclaration sur les analystes qui ne sont pas américains : Frédérique Carrier, une employée de RBC Europe Limited, société étrangère affiliée de RBC Gestion de patrimoine – États Unis; a contribué à la préparation de cette publication. Cette personne n’est ni inscrite ni qualifiée en tant qu’analyste de recherche auprès de l’organisme américain Financial Industry Regulatory Authority (« FINRA ») et, comme elle n’est pas associée à RBC Gestion de patrimoine, elle pourrait ne pas être assujettie au règlement 2241 du FINRA régissant les communications avec les entreprises visées, les apparitions publiques et les opérations sur valeurs mobilières dans les comptes des analystes de recherche.