close up on medicine bottle doctor in background writing prescription

Par Gopa Nair, CFA

Ce rapport fait partie de la série Nouvelle normalité, nouvelles occasions, dans le cadre de laquelle nous examinerons les tendances à long terme qui se profilent pour l’après-COVID-19. La série portera sur divers thèmes qui se dégagent en raison de la distanciation sociale, du télétravail, des avancées en soins de santé, de l’engagement des sociétés et des changements généraux dans la société. Nous croyons qu’il est essentiel de définir ces tendances et de comprendre leurs conséquences sur les placements pour mieux aborder l’avenir. D’autres rapports seront publiés au cours des prochaines semaines.

Tests pour la COVID-19 : une augmentation constante

La pandémie de COVID-19 a accru le niveau de sensibilisation du public en général au fait que les maladies infectieuses n’ont pas été éradiquées, et que les entreprises qui font de la recherche innovante pourront réaliser de nouvelles découvertes médicales et seront récompensées pour leur succès. Outre les sociétés pharmaceutiques axées sur la R et D et la découverte de nouveaux médicaments, les autres secteurs qui profitent de la réaction à la pandémie comprennent les entreprises qui mettent au point des trousses de tests diagnostiques et des appareils diagnostiques offrant des moyens fiables pour détecter les personnes infectées. Un dépistage hâtif permet aux personnes malades de recevoir des soins médicaux plus rapidement, ce qui abrège leur délai de rétablissement et diminue le risque qu’ils infectent d’autres personnes.

Au cours des trois derniers mois, le nombre quotidien de tests de dépistage de la COVID-19 effectués aux États-Unis s’est accru régulièrement, à la faveur de l’augmentation du nombre de trousses de dépistage disponibles et de l’entrée en service d’appareils d’analyse à grand volume. Même si nous nous attendons à ce que le nombre de tests de dépistage de la COVID-19 exécutés diminuera une fois qu’un vaccin sera disponible, nous sommes d’avis que la demande des gouvernements, des employeurs, des ménages et des individus pour des tests de dépistage ciblant des maladies nouvelles ou connues sera supérieure aux niveaux antérieurs à la COVID-19.

Nombre de tests de dépistage de la COVID-19 effectués quotidiennement aux États-Unis

Source : The COVID Tracking Project (covidtracking.com); données pour la période du 15 avril au 15 juillet 2020

Un problème de santé qui exige une solution de santé

Les sociétés pharmaceutiques et du secteur des biotechnologies concentrent également leurs efforts sur la lutte à la COVID-19, ce qui génère une vague d’innovation en matière de maladies infectieuses et une course pour la découverte d’un traitement. L’industrie a réagi rapidement à la pandémie en préparant des candidats pour des essais cliniques quelques semaines seulement après avoir déterminé la constitution génétique du virus.

Nombre de mois entre le séquençage génétique du virus et les premiers essais d’un vaccin sur des humains

Source : U.S. National Institute of Allergy and Infectious Diseases (institut national des allergies et des maladies infectieuses des États-Unis)

Les volumes de médicaments d’ordonnance consommés ont diminué et se sont stabilisés depuis le mois de mars, en parallèle avec la réduction du nombre de visites médicales et les pertes d’emplois. Alors que plus de 15 millions de travailleurs américains ont perdu leur emploi et leurs avantages sociaux liés aux soins de santé depuis mars à la suite de perturbations attribuables à la COVID-19, un nombre considérable de nouveaux chômeurs sont passés de régimes d’assurance commerciaux classiques à des options de couverture des soins de santé offrant des niveaux de remboursement inférieurs. À mesure que l’économie reprendra de la vigueur et que les travailleurs mis à pied seront réembauchés, nous nous attendons à une augmentation du nombre d’inscriptions aux régimes commerciaux d’assurance pour soins de santé parrainés par les employeurs, ce qui stimulera la croissance dans le secteur pharmaceutique.

Coup d’œil vers l’avenir : produits diagnostiques et mise au point d’un vaccin contre la COVID-19

Dans le contexte après-COVID-19, nous nous attendons à ce que les gens souhaitent être mieux informés et exercer un meilleur contrôle sur les décisions en matière de santé qui les touchent, en subissant plus rapidement des tests de dépistage des maladies infectieuses. La détection précoce d’une infection donne plus de temps à un traitement pour en arrêter la progression, promouvoir un rétablissement plus rapide du malade et faire échec à la contamination afin de protéger les autres personnes.

Non seulement les sociétés pharmaceutiques axées sur la découverte de nouveaux médicaments vont-elles peaufiner leurs processus internes afin d’obtenir une productivité maximale dans leurs groupes de R et D, mais il est également probable qu’elles intensifieront leur collaboration avec les organismes de réglementation dans le but de concevoir des essais cliniques visant à maximiser leur probabilité de succès dans le cadre du processus d’approbation. Même si un vaccin contre la COVID-19 sera probablement disponible au cours de 2021, il est possible qu’il ne procure pas une immunité à long terme et que la menace posée par le coronavirus demeure endémique pour les années à venir. Il est possible qu’en fin de compte, les gens doivent recevoir un vaccin saisonnier contre la COVID-19, tout comme pour la grippe, ce qui renforcera pendant plusieurs années les perspectives des sociétés pharmaceutiques et de celles qui fabriquent des trousses de tests diagnostiques.

Même si le cours des actions des sociétés axées sur la découverte de nouveaux médicaments et les tests diagnostiques peut être instable, nous croyons que la tendance démographique vers le vieillissement de la population soutiendra les perspectives de croissance à long terme de ces deux secteurs d’activité. D’après le Census Bureau, l’année 2030 marquera un tournant aux États-Unis, car tous les représentants de la génération du baby-boom seront alors âgés de 65 ans ou plus. Cette cohorte représentera donc 21 % de la population, contre 17 % à l’heure actuelle. De plus, en 2034, on comptera pour la première fois un plus grand nombre d’aînés que d’enfants aux États-Unis. Les dépenses de santé par habitant étant plus élevées pour les gens âgés de 65 ans et plus, nous nous attendons à ce que le vieillissement de la population accentue le recours à des médicaments d’ordonnance, à des vaccins et à des tests diagnostiques.


Déclarations exigées

Ressources pour les recherches

Déclaration sur les analystes qui ne sont pas américains : Gopa Nair, un employé de RBC Dominion valeurs mobilières Inc., société étrangère affiliée de RBC Gestion de patrimoine – États‑Unis, a participé à la préparation de cette publication. Il n’est ni inscrit ni qualifié en tant qu’analyste de recherche auprès de l’organisme américain Financial Industry Regulatory Authority (« FINRA ») et, comme il n’est pas associé à RBC Gestion de patrimoine, il pourrait ne pas être assujetti au règlement 2241 du FINRA régissant les communications avec les entreprises visées, les apparitions publiques et les opérations sur valeurs mobilières dans les comptes des analystes de recherche.