doctor working with computer and mobile tablet

Par Gopa Nair, CFA

Ce rapport est le premier de la série Nouvelle normalité, nouvelles occasions, dans le cadre de laquelle nous examinerons les tendances à long terme qui se profilent pour l’après-COVID-19. La série portera sur divers thèmes qui se dégagent en raison de la distanciation sociale, du télétravail, des avancées en soins de santé, de l’engagement des sociétés et des changements généraux dans la société. Nous croyons qu’il est essentiel de définir ces tendances et de comprendre leurs conséquences sur les placements pour mieux aborder l’avenir. D’autres rapports seront publiés au cours des prochaines semaines.

Avant la COVID-19, la télémédecine se taillait progressivement une place. Les patients, les payeurs d’assurance maladie et les fournisseurs de soins de santé s’habituaient à la technologie et se rendaient compte que l’utilisation de modes virtuels pour recevoir et prodiguer des soins était commode et économique. La pandémie a accéléré l’évolution vers la télémédecine, car les impératifs de la distanciation sociale et du télétravail ont permis de mieux faire connaître la technologie et d’augmenter son utilisation. Cette évolution a profité en outre de la convergence des avancées de la sécurité infonuagique et des systèmes de vidéoconférence de haute qualité.

Parallèle entre l’augmentation de l’utilisation et des taux d’acceptation

La pandémie de COVID-19 et les mesures de confinement qui en ont résulté ont, à notre avis, levé le voile sur la télémédecine et sa nécessité, ce qui a accru le recours à une technologie qui comptait encore peu d’adeptes. La convergence de l’amélioration de la sécurité infonuagique et des systèmes de vidéoconférence de haute qualité a aussi joué un rôle indispensable pour assurer le respect de la réglementation sur la protection des renseignements personnels et l’offre d’une expérience utilisateur bénéfique. En effectuant une analyse de l’un des acteurs du secteur, Teladoc Health, Inc. (TDOC), RBC Marchés des Capitaux a mis en évidence que le trafic de données provenant des voies numériques de Teladoc a bondi au premier trimestre de 2020. Les patients se sont alors aperçus que les consultations médicales virtuelles offraient un double avantage : un diagnostic rapide et une solution commode (voir le graphique de gauche à la page précédente). La tendance de l’utilisation s’est affaiblie après avoir initialement progressé de façon marquée, mais elle demeure en hausse par rapport à l’année précédente.

Variation d’un trimestre sur l’autre du trafic Web de Teladoc

Nota : Les données estimatives pour le T2 de 2020 sont fondées sur les prévisions de visites du site Web établies par la société.

Sources : Rapports publiés par la société, SimilarWeb et RBC Marchés des Capitaux

Un sondage de l’organisme Kaiser Family Foundation révèle qu’environ 82 % des grandes entreprises offraient des services de télémédecine à leurs employés en 2019, alors que cette proportion n’était que de 27 % en 2015 (voir le graphique de droite à la page précédente). Les sociétés d’assurance maladie (payeurs) constatent qu’il est plus économique d’utiliser les modes de prestation virtuels. De plus en plus, elles élaborent des régimes d’avantages sociaux qui incitent les participants à utiliser d’abord les services de télémédecine pour être évalués et traités au lieu de se rendre chez les fournisseurs traditionnels. Les payeurs offrent habituellement des incitatifs financiers pour encourager les participants à adopter la télémédecine, notamment la réduction des franchises et de la coassurance des régimes d’assurance maladie ainsi que du montant à payer pour l’achat de médicaments d’ordonnance ou la consultation de spécialistes.

Proportion de grandes entreprises qui offrent des services de télémédecine ou des incitatifs à leur utilisation

Nota : Les données sur les incitatifs à utiliser les services de télémédecine en 2015 ne sont pas disponibles.

Sources : Kaiser Family Foundation et RBC Marchés des Capitaux

Le respect de la confidentialité des renseignements sur les patients

Les professionnels de la santé et les organismes de soins de santé qui offrent un service à distance sont tenus de respecter la loi des États-Unis intitulée Health Insurance Portability and Accountability Act (loi HIPAA). Cette loi prévoit que les renseignements sur support papier ou numérique qui concernent les patients doivent être protégés en tout temps. Les médecins et les fournisseurs de soins de santé doivent s’assurer que leurs fournisseurs de services infonuagiques utilisent des mesures de protection spéciales, comme les analyses biométriques, les identifiants électroniques et le chiffrement, pour protéger les données médicales des patients contre le piratage, la copie et la transmission. En utilisant plusieurs mesures de protection, les fournisseurs sont à même de protéger les renseignements médicaux sur support électronique en tout temps et de veiller à ce que les données, si elles sont interceptées, ne puissent être lues. Le non-respect de la loi HIPAA est passible de lourdes pénalités.

L’avenir

La télémédecine est une option pratique pour les gens pressés et pour ceux qui sont incapables de quitter leur domicile ou qui vivent dans des régions où l’accès à des soins de qualité fait défaut. En outre, la télémédecine permet aux hôpitaux et aux médecins de faire facilement un suivi auprès des patients pour surveiller leurs progrès, modifier le traitement au besoin et déterminer si des soins en personne plus urgents sont requis. Grâce à un suivi fréquent, les problèmes de santé peuvent être décelés plus tôt, ce qui limite les coûts de traitement.

À l’ère de l’après-COVID-19, nous entrevoyons une croissance stable à long terme pour les fournisseurs : plus de personnes choisissent de télétravailler, les patients actuels se familiarisent avec la technologie et les services se diversifient pour fidéliser davantage les participants. Nous pensons également que les services de télémédecine gagneront en compétitivité, puisque la pandémie devrait provoquer un afflux de nouveaux concurrents qui chercheront à tirer profit d’une situation qui offre, à notre avis, une occasion de croissance à long terme. Nous nous attendons à ce que les sociétés d’assurance maladie et les fournisseurs de technologies d’autres secteurs que celui des soins de santé s’imposent davantage au fil du temps.

Cet article a été initialement publié le 20 juillet 2020.


Déclarations exigées

Ressources pour les recherches

Déclaration sur les analystes qui ne sont pas américains : Gopa Nair, un employé de RBC Dominion valeurs mobilières Inc., société étrangère affiliée de RBC Gestion de patrimoine – États‑Unis, a participé à la préparation de cette publication. Il n’est ni inscrit ni qualifié en tant qu’analyste de recherche auprès de l’organisme américain Financial Industry Regulatory Authority (« FINRA ») et, comme il n’est pas associé à RBC Gestion de patrimoine, il pourrait ne pas être assujetti au règlement 2241 du FINRA régissant les communications avec les entreprises visées, les apparitions publiques et les opérations sur valeurs mobilières dans les comptes des analystes de recherche.