close view hand holding credit card on laptop

Par Tasneem Azim-Khan

Ce rapport fait partie de la série Nouvelle normalité, nouvelles occasions, dans le cadre de laquelle nous examinons les tendances à long terme qui se profilent pour l’après-COVID-19. La série portera sur divers thèmes qui se dégagent en raison de la distanciation sociale, du télétravail, des avancées en soins de santé, de l’engagement des sociétés et des changements généraux dans la société. Nous croyons qu’il est essentiel de définir ces tendances et de comprendre leurs conséquences sur les placements pour mieux aborder l’avenir. D’autres rapports seront publiés au cours des prochaines semaines.

La pandémie de COVID-19 a accéléré la transition de la part de marché des établissements de détail au commerce électronique dans le secteur de la vente au détail. Nous croyons que, dans l’ensemble, les gains de part de marché seront de nature structurelle pour les entreprises de commerce électronique dotées des réseaux les plus perfectionnés et étendus. Même après la flambée des ventes en ligne en quelques mois seulement, le taux de pénétration du commerce électronique reste inférieur à 20 %, ce qui nous laisse croire qu’il y a largement place à une croissance future. À long terme, il est fort possible que la vente au détail en ligne devienne la nouvelle norme, en raison de la pandémie. De nombreuses personnes croyaient déjà que cela finirait par arriver, mais la COVID-19 a accéléré la cadence, puisque l’efficacité, la commodité et la fiabilité du commerce électronique ont été mises en évidence.

La COVID-19 a précipité la transition au marché de détail numérique

Le commerce électronique et les achats en ligne ont connu une croissance phénoménale au cours des dernières années, dépassant largement celle des ventes en magasin. Bien que la COVID-19 ait des répercussions dévastatrices pour le secteur de la vente au détail en général, ce n’est pas le cas pour l’ensemble du secteur. En fait, nous croyons que la COVID-19 a accéléré la transition vers le commerce numérique en raison des mesures de confinement généralisées, de la hausse du nombre de télétravailleurs et de la crainte de fréquentation des lieux publics.

Selon le Census Bureau des États-Unis, les ventes hors magasin sur douze mois ont augmenté chaque mois, dans la période de mars à juin de cette année. La plus forte croissance des ventes hors magasin a été enregistrée en mai, soit 28 % sur douze mois, tandis que les ventes en magasin chutaient de 11 %.

Croissance des ventes au détail en magasin et hors magasin
Mars à juin 2019, mars à juin 2020 ; sur douze mois

Source : Census Bureau des États-Unis

En conséquence, après être demeuré stable pendant près d’un an, le taux de pénétration du commerce électronique aux États-Unis est passé de 13 % en février à 15 % en mars, puis à 19 % en avril de cette année (voir le graphique en haut de la page suivante). Selon nous, il s’agit d’une hausse importante du taux de pénétration sur une courte période. Dans un récent rapport, RBC Marchés des Capitaux a affirmé qu’une croissance d’une telle importance devrait nécessiter plusieurs années et que les changements dans les habitudes d’achat des consommateurs, découlant de la COVID-19, ont accéléré cette transition en quelques mois seulement.

Pénétration du commerce électronique aux États-Unis (%)

Sources : Census Bureau des États-Unis (données désaisonnalisées), RBC Marchés des Capitaux

La pandémie devrait entraîner des gains de part de marché dans le secteur du commerce électronique

Le « taux de conversion » des ménages aux achats en ligne par rapport aux achats en magasin ne doit pas être sous-estimé. Selon nous, la majorité des acheteurs qui ont commencé à faire leurs achats en ligne pendant la pandémie conserveront ce mode pour une grande partie de leurs achats dans les prochaines années.

Dans le cadre du huitième sondage annuel sur les achats en ligne aux États-Unis de RBC Marchés des Capitaux, plus de 50 % des répondants ont déclaré que la pandémie augmenterait leur désir d’effectuer en permanence des achats en ligne plutôt qu’en magasin. En outre, plus de 60 % des répondants ont indiqué que leurs dépenses en ligne avaient augmenté en raison de la COVID-19.

Fortes possibilités que les ventes en ligne deviennent la « nouvelle norme »

Enfin, dans la « nouvelle normalité », nous croyons que ce changement entraînera des gains de part de marché pour les entreprises de commerce électronique dotées des réseaux de logistique les plus perfectionnés et étendus. Les taux de pénétration du commerce électronique dans le marché américain de la vente au détail, bien qu’ils soient plus élevés qu’ils ne l’étaient en début d’année, sont inférieurs à 20 %, ce qui nous laisse croire que les perspectives de croissance et de gains de part de marché sont élevées pour l’avenir. Comme ce fut le cas par le passé, nous nous attendons à ce que la part de marché soit structurellement cédée par les commerces traditionnels et les entreprises de commerce en ligne dont les réseaux sont moins perfectionnés.

Cet article a été initialement publié le 28 juillet 2020


Déclarations exigées

Ressources pour les recherches

Déclaration sur les analystes qui ne sont pas américains : Tasneem Azim-Khan, une employée de RBC Dominion valeurs mobilières Inc., société étrangère affiliée de RBC Wealth Management – États-Unis, a participé à la préparation de cette publication. Elle n’est ni inscrite ni qualifiée en tant qu’analyste de recherche auprès de l’organisme américain Financial Industry Regulatory Authority (« FINRA ») et, comme elle n’est pas associée à RBC Gestion de patrimoine, elle pourrait ne pas être assujettie au règlement 2241 du FINRA régissant les communications avec les entreprises visées, les apparitions publiques et les opérations sur valeurs mobilières dans les comptes des analystes de recherche.