will-with-pen-notary-seal-on-desk-in-page

Le deuil d’un être cher constitue souvent une expérience déchirante. En cas de mort tragique et inattendue, il peut être rendu encore plus difficile par la complexité de la situation.

Lorsque Greg Howson est décédé d’une grave crise cardiaque à 57 ans, sa famille endeuillée n’était pas prête au labeur qui l’attendait.

Au moment de sa mort, son partenaire des 18 dernières années et lui étaient en instance de séparation. Nommé exécuteur testamentaire de Greg, l’ex-partenaire a accepté de renoncer aux droits afférents. Garry a donc pu prendre en charge l’administration de la succession de son frère.

L’importance de l’exécuteur testamentaire

En raison de la perte soudaine de son frère et de ses obligations complexes à titre d’exécuteur testamentaire, Garry s’est senti dépassé et s’est vite rendu compte qu’il avait besoin d’aide.

Il s’est tourné vers RBC Trust Royal, où on lui a présenté Ernard Cavas, un premier chargé de comptes des services fiduciaires qui connaissait à la fois les particularités techniques et les enjeux émotionnels d’un règlement successoral.

« Dès le premier jour, Ernard m’a libéré d’un poids, se rappelle Garry. Chaque fois que le téléphone sonnait, je craignais qu’il y ait un problème, mais il m’a sécurisé et s’est occupé de tout, dans les moindres détails. Il m’a tenu au courant des progrès et m’a expliqué chacune des étapes. »

« À moins d’avoir eux-mêmes agi en tant qu’exécuteurs testamentaires ou d’avoir vu un proche assumer cette tâche, les Canadiens réfléchissent généralement peu au moment de nommer quelqu’un, explique Leanne Kaufman, chef, RBC Trust Royal, et présidente et chef de la direction, Société Trust Royal du Canada et Compagnie Trust Royal. Étant donné qu’ils choisissent souvent une personne de leur âge, il est possible que, le moment venu, l’exécuteur testamentaire, qui a lui aussi vieilli, ne soit plus en mesure d’assumer son rôle. »

Contacter un conseiller expérimenté
Vous n'avez pas de conseiller RBC et vous souhaitez en trouver un ? Laissez nous vous connecter avec l'un d'eux.

Les tenants et aboutissants d’une succession

Arrangements funéraires, gestion des placements jusqu’à leur liquidation ou leur transfert, rédaction d’un inventaire des actifs, tenue détaillée des comptes, recherche et règlement des dettes, vente des biens immeubles, production de plusieurs déclarations fiscales : un règlement successoral peut exiger l’exécution de plus de 70 tâches distinctes.

Même si la succession semble simple, le processus peut durer plusieurs mois, voire des années. Et, bien entendu, il doit être mené à bien alors que la famille traverse une période très difficile.

« Lorsqu’un être cher décède soudainement, on se rend très vite compte à quel point le processus est difficile sans services professionnels, affirme Garry. Le fait de savoir que je n’avais pas à m’en faire m’a été d’un précieux réconfort. J’ai pu faire mon deuil en paix. Ça n’a pas de prix. »

« Ce que j’ai reçu, ce n’est pas du service à la clientèle, c’est de la compassion. Après la mort de Greg, je vivais dans le brouillard. D’une certaine façon, Ernard m’a sauvé la vie. En me libérant d’un stress, il m’a peut-être évité de subir le même sort que mon frère. »

RBC-estate-and-trust-services-ernard-garry-in-page

Légende : Garry Howson au cours d’un entretien avec Ernard Cavas.

Selon Garry, bien que l’idée de sa propre mort puisse effrayer, il importe de disposer d’un testament et d’un plan successoral global à jour.

« Nous encourageons nos clients à revoir leur testament à intervalle de quelques années et chaque fois qu’un changement important survient dans leur situation, explique Elaine Blades, première directrice, Groupe des pratiques professionnelles, RBC Gestion de patrimoine – Trust Royal. De cette façon, leur plan successoral demeure conforme à leurs volontés. » Le testament devrait être revu en cas de séparation ou de divorce, par exemple.

« Les gens ont peur d’aborder ces sujets, ajoute Garry. Ils ne veulent pas parler de la mort, et les personnes endeuillées se retrouvent avec le fardeau. » Voilà pourquoi Garry a eu une discussion franche sur son plan successoral avec sa fille de 24 ans, qui n’aura pas de mauvaise surprise au décès de son père.

La planification, clé d’un transfert de patrimoine sans accroc

Au moment de parler de la succession, on peut en profiter pour discuter de l’utilisation du patrimoine légué. Et pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour enseigner aux membres de la famille à gérer leur héritage ?

Selon un sondage mené en 2017 à la demande de RBC Gestion de patrimoine, 66 % des personnes qui ont commencé leur apprentissage financier avant 18 ans sentent qu’elles maîtrisent bien le sujet, contre 41 % des personnes qui ont commencé après 55 ans.

Les conversations de nature générale en famille et les rencontres avec des professionnels constituent les deux sources les plus courantes d’information sur le patrimoine et l’argent, selon l’étude. En faisant participer vos enfants à votre planification successorale, vous pouvez non seulement gérer leurs attentes, mais aussi favoriser la gérance financière chez la prochaine génération en donnant l’exemple.

Une stratégie de transfert de patrimoine exhaustive, qui prévoit un testament à jour et des procurations relatives aux biens et aux soins personnels, peut assurer une tranquillité d’esprit fort salutaire à ceux qui restent.

RBC Trust Royal  et RBC Gestion de patrimoine sont des secteurs d’activité de Banque Royale du Canada. Veuillez cliquer sur le lien « Conditions d’utilisation » qui figure au bas de cette page pour obtenir plus d’information sur les entités qui sont des sociétés membres de RBC Gestion de patrimoine. Nous n’approuvons ni ne recommandons le contenu de cette publication, qui est fourni à titre d’information seulement et ne vise pas à donner des conseils. ®/ MC Marque(s) de commerce de Banque Royale du Canada, utilisée(s) sous licence. © Banque Royale du Canada 2018. Tous droits réservés.