RBC
Mobile RBC

RBC Gestion de patriomoine

GRATUIT – Dans Google Play OBTENIR – Dans l'App Store

Installer

Opinion éclairée – Épisode 27 : Des bases solides

Comment les investissements d’infrastructure peuvent contribuer à la constitution de portefeuilles performants et durables

L’émission Opinion éclairée, animée par Stu Morrow, stratégiste en chef, Placements, RBC PH&N Services-conseils en placements, est une série d’enregistrements audio visant à tenir les clients informés des opinions éclairées des chefs de file et spécialistes de la principale société de gestion de patrimoine la plus importante du Canada.

Hôtes de l‘épisode : Andrew Hay : Chef, Investissement, Marché mondial des infrastructures, RBC Gestion mondiale d’actifs Inc.

Dans cet épisode d’Opinion éclairée, Stu Morrow accueille Andrew Hay, chef, Investissement, Marché mondial des infrastructures, RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. (RBC GMA), afin de discuter de l’importance des investissements d’infrastructure pour les investisseurs d’aujourd’hui. Cette catégorie d’actifs était réservée auparavant aux investisseurs institutionnels, comme les régimes de retraite, les fonds de dotation et les grands gestionnaires de fonds. Mais à présent, les investisseurs individuels ont accès à un plus large éventail d’options de placement, aussi ce secteur fondamental du marché est de plus en plus perçu comme étant utile à un portefeuille adapté au profil de risque. Il génère des rendements en capital à long terme, qui sont souvent combinés à une production de solides flux de trésorerie grâce aux dividendes et aux distributions.

M. Hay et M. Morrow traitent également d’un fonds d’infrastructure de RBC GMA dont le lancement aura lieu bientôt, et nous expliquent comment ce fonds contribuera à créer de la richesse pour les investisseurs.

En tant que gestionnaire de portefeuille de la série de fonds d’infrastructures, M. Hay est responsable de la mise en place d’un processus de placement rigoureux, d’une stratégie de répartition de portefeuille, de la recherche d’affaires, de l’établissement de partenariats stratégiques avec des organisations d’investisseurs de grande qualité, et du contrôle diligent et de l’exécution des placements. Avant de se joindre à RBC Gestion mondiale d’actifs en 2021, M. Hay occupait le poste de directeur principal, Infrastructure, à l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada. Il a démarré sa carrière dans le secteur des finances et des infrastructures en 2000

Transcription

Stuart Morrow :

Bonjour à tous nos auditeurs et bienvenue dans un autre épisode d’Opinion éclairée.

Les investissements dans l’infrastructure privée, voilà un domaine qui m’intéresse depuis un certain temps. Ils offrent depuis longtemps aux investisseurs institutionnels des sources de diversification de portefeuille, de revenu et de protection contre l’inflation. Ce n’est que depuis récemment que ces types de placements sont plus accessibles pour les investisseurs privés fortunés du Canada.

En bref, l’infrastructure est devenue une catégorie d’actifs au milieu des années 1990, mais, depuis 2008, les marchés de l’infrastructure privée ont plus que triplé en taille ; les investisseurs de fonds alternatifs ou de fonds non cotés détiennent ou exploitent désormais une grande partie de l’infrastructure économique mondiale. En fait, plus de 550 milliards de dollars américains ont été collectés par des fonds non cotés d’infrastructure au cours des dix dernières années. C’est la preuve de l’importance croissante du secteur dans les portefeuilles des investisseurs institutionnels. Les rendements ajustés au risque très élevés du secteur, quelles que soient les conditions de marché et la région, ont continué d’attirer les investisseurs, de même que la protection contre l’inflation caractéristique de cette catégorie d’actifs.

Pour en discuter plus en détail et montrer les atouts de RBC dans ce domaine, je reçois un invité très spécial, Andrew Hay, chef, Investissement mondial d’infrastructures, à RBC Gestion mondiale d’actifs. Dans le cadre de ses fonctions, il travaille en étroite collaboration avec les partenaires de distribution pour s’assurer que les stratégies et les instruments de prestation mis en place pour l’ensemble des modes de prestation et des régions répondent aux besoins des clients de RBC.

Dans le cadre de son rôle de gestionnaire de portefeuille de la série de fonds d’infrastructures, Andrew est responsable de la mise en place d’un processus de placement rigoureux, d’une stratégie de répartition de portefeuille, de la recherche d’affaires, de l’établissement de partenariats stratégiques avec des organisations d’investisseurs de grande qualité, et du contrôle diligent et de l’exécution des placements.

Avant de se joindre à RBC Gestion mondiale d’actifs en 2021, Andrew a occupé le poste de directeur principal, Infrastructure, au sein de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada, et il a commencé à travailler dans le domaine des finances et de l’infrastructure en 2000.

Andrew, bienvenue à Opinion éclairée.

Andrew Hay :

Merci beaucoup de me recevoir.

Stuart Morrow :

Je vous ai présenté brièvement. Peut-être que vous pouvez en dire un peu plus. Parlez-nous de votre expérience en infrastructure et de ce qui vous a conduit à RBC Gestion mondiale d’actifs.

Andrew Hay :

J’ai commencé ma carrière dans l’informatique et la technologie dans les années 90, mais j’ai été attiré par le côté opérationnel de l’infrastructure.

J’aime comprendre comment les choses s’intègrent et fonctionnent.

Après avoir obtenu un MBA, je me suis joint à KPMG en 2000, et KPMG avait une excellente division de finance d’entreprise et de conseil en infrastructure, ce qui m’a mené à des mandats mondiaux avec des clients des secteurs public et privé. Pendant cette période au début des années 2000, j’ai vu la montée en puissance des investisseurs institutionnels dans la catégorie d’actifs. Il s’agissait notamment du Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario ou celui des enseignants de l’Ontario. J’ai aussi vu la croissance des fonds, tels que Macquarie.

En 2006, j’ai remarqué que l’Office d’investissement du RPC renforçait sa plateforme d’investissement direct dans l’infrastructure et je me suis donc joint au RPC en 2006. J’ai pu accompagner leur croissance dans tous les domaines où nous avons relevé la pondération de la catégorie d’actifs liés à l’infrastructure, de moins de 1 milliard à plus de 30 milliards de dollars. J’ai donc beaucoup travaillé dans l’origination et le contrôle diligent de l’entreprise, en trouvant et en entretenant ces excellentes opérations. De même, du côté de la gestion d’actifs et de la création de valeur, j’ai siégé au conseil d’administration d’un certain nombre de ces sociétés pour le RPC.

L’expansion a été fulgurante. Nous avons observé de multiples cycles, pays et secteurs et nous avons obtenu un rendement très élevé pour les bénéficiaires et les cotisants du régime de retraite canadien.

C’est ce qui m’a vraiment attiré à RBC GMA. J’aime cette détermination à donner la priorité aux clients et je voulais créer quelque chose d’utile pour les gens.

Ensuite, lorsqu’on crée une nouvelle activité au sein d’une plateforme établie, cela a quelque chose d’entrepreneurial. Nous parlerons un peu plus de RBC GMA et de la plateforme des marchés privés tout à l’heure. Ce sont toutes ces choses qui m’ont attiré vers la gestion des actifs d’infrastructure à RBC GMA.

Stuart Morrow :

Évidemment, vous êtes très qualifié, Andrew pour parler des investissements privés dans l’infrastructure. Que pouvez-vous nous dire de plus sur cette nouvelle catégorie d’actifs à RBC dont j’ai parlé dans l’introduction ? À quoi ressemblent les investissements d’infrastructure et comment s’intègrent-ils dans un portefeuille diversifié ?

Andrew Hay :

Lorsque je parle avec ma famille, je leur explique que l’infrastructure est habituellement quelque chose qu’on peut montrer du doigt lorsqu’on roule en voiture. On voit de grands actifs corporels. Du côté du secteur des transports, on peut notamment penser aux routes à péage, aux ponts, au train, aux ports ou aux aéroports. Du côté des services publics, ce sont les réseaux d’électricité ou la production d’énergie. La production d’énergie renouvelable ou à faible émission de carbone est manifestement devenue un élément important, surtout au cours de la dernière décennie. En résumé, il s’agit de grands actifs corporels, ce qui débouche naturellement sur des barrières à l’entrée très élevées. C’est pourquoi on mobilise beaucoup d’argent pour créer bien souvent un monopole. On n’a besoin que d’une conduite qui achemine l’eau vers sa maison, d’une ligne électrique ou d’une ligne téléphonique. Il s’agit souvent de monopoles naturels, qui sont donc étroitement réglementés par le gouvernement ou d’autres entités du secteur public pour empêcher des distorsions telles que la fixation de prix inéquitables.

On se retrouve donc avec des actifs colossaux, et un flux de trésorerie stable et prévisible au fil du temps qui est souvent lié aux facteurs de valeur macroéconomiques. Par exemple, la croissance démographique et la croissance du PIB. Nous constatons souvent que les revenus sont liés à l’inflation, comme vous l’avez mentionné plus tôt. On parle là des caractéristiques fondamentales d’une entreprise d’infrastructure.

Dans chaque cas, on prend de la hauteur et on réfléchit au profil de risque de chaque secteur. Pour cela, il faut comprendre comment l’entreprise gagne de l’argent. Cela éclaire le profil de risque et le degré d’adéquation.

On peut aussi apporter de la diversification au portefeuille. Il y a habituellement deux points d’accès différents à l’infrastructure : les marchés publics et les marchés privés. Permettez-moi de brièvement vous expliquer chacun d’entre eux.

Quand on parle d’actifs cotés en Bourse, il est certainement plus facile d’acheter quelques actions de sociétés d’infrastructure. Néanmoins, le revers de la médaille, c’est qu’il existe une très forte corrélation dans le cas des actions cotées. Vous n’obtenez donc pas le même avantage lorsque vous construisez un portefeuille.

La catégorie d’actifs des marchés privés a tendance à être illiquide et convient donc mieux à une détention très longue. En revanche, la corrélation est beaucoup plus faible en comparaison avec les actions cotées, ce qui en fait un meilleur outil pour constituer un portefeuille. En ce qui concerne la plateforme, nous avons affaire à un profil de risque de base ou de base plus. On se situe au bas de l’échelle pour l’infrastructure.

Avec un tel profil de risque, on peut financer une position dans l’infrastructure en vendant des titres à revenu fixe ou des actions. Tout dépend des objectifs que l’on s’est fixés. Grâce à tous ces éléments, on peut soit augmenter le rendement global du portefeuille sans modifier le profil de risque, soit réduire le profil de risque sans nuire au rendement. C’est pourquoi certains des plus grands investisseurs institutionnels au monde ont adopté une répartition explicite des actifs d’infrastructure privée.

Si l’on prend le cas de Maple 8, les huit grands régimes de retraite canadiens se sont engagés à hauteur de plus de 200 milliards de dollars dans une catégorie comprenant 2 billions d’actifs sous gestion, ce qui représente environ 10 % des actifs sous gestion.

Stuart Morrow :

C’est considérable et nous savons que cela a été une source importante et stable de revenu pour les régimes de retraite généraux, mais aussi de diversification des portefeuilles par rapport aux marchés traditionnels ou publics, ce qui est un autre atout.

Vous vous préparez à lancer un nouveau fonds d’infrastructure chez RBC Gestion mondial d’actifs. Pouvez-vous nous en donner un aperçu ? Dans quoi investirez-vous, quelle sélection effectuerez-vous, quel sera le niveau de risque et quels rendements peuvent attendre les investisseurs ?

Andrew Hay :

Commençons par le calendrier. Au cours de ma première année à RBC Gestion mondiale d’actifs, nous avons obtenu l’approbation. Nous nous sommes assurés d’avoir une proposition de valeur convaincante et unique pour nos clients. Cette démarche est unique dans le marché et nous en sommes très fiers.

À présent que l’automne est arrivé, nous réunissons les capitaux. En collaboration avec d’autres groupes, nous nous assurons que le fonds répond aux besoins des plateformes et des clients. La levée de fonds aura lieu à la fin de 2022 et au début de 2023.

Ensuite vient le déploiement, c’est-à-dire les investissements, en 2023. C’est ce qui va nous occuper pendant l’année à venir.

Pour ce qui est de la levée de fonds et du déploiement, nous ne cherchons pas à battre un record mondial. Nous cherchons à réunir un montant adapté que nous pouvons investir de façon prudente et responsable en un an afin de faire fructifier cet argent. Il s’agit d’une société à capital variable, qui sera donc ouverte aux souscriptions et aux rachats chaque trimestre.

C’est très important, parce que nous investissons à long terme dans une catégorie d’actifs dont la création de valeur s’inscrit dans la durée. Or, les investisseurs disposent ainsi un point d’accès très important pour acheter ou vendre des actifs d’une catégorie illiquide. Voilà pour le calendrier et la structure générale.

Je rappelle que le profil de risque est de base ou de base plus. Par conséquent, dans le marché actuel, les rendements bruts cibles devraient se situer entre 7 et 10 % à long terme.

Nous examinons la situation mondiale, plus particulièrement les pays membres de l’OCDE, autrement dit les marchés développés. Il s’agit de régions à faible croissance, mais de partenaires où règne l’État de droit et d’équipes de direction ayant fait leurs preuves, notamment le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Europe de l’Ouest et l’Australie, qui sont des pays membres importants de l’OCDE et où nous réaliserons probablement nos premières opérations.

Nous cherchons à diversifier le portefeuille dans tous les secteurs. C’est important, comme je l’ai déjà dit. L’autre élément important, c’est de ne pas se retrouver coincés dans un secteur qui pourrait rencontrer des difficultés. Du fait des contraintes de chaîne d’approvisionnement, certaines occasions de placement se sont raréfiées au cours de la pandémie et nous voulons avoir suffisamment de visibilité pour choisir les meilleurs placements pour nos investisseurs.

Nous voulons investir dans des sociétés à moyenne et grande capitalisation. Dans les deux cas, nous nous associerons à des coinvestisseurs chevronnés qui partagent nos objectifs. C’est un modèle d’investissement en consortium très courant pour l’infrastructure parce que ces opérations sont souvent de très grande taille.

Ceci est une bonne question. En ce qui concerne la sélection, nous avons été chanceux que des occasions se sont présentées directement à nous et à notre équipe, et nous pouvons aussi compter sur le réseau de RBC. Quand je couvrais l’Australie pour le RPC, RBC Marchés des Capitaux avait une division de conseil en infrastructure très solide en Australie. C’est aussi le cas dans le reste du monde. Le réseau de RBC assure un flux d’opérations abondant.

Lorsque nous faisons circuler l’information sur ce que nous recherchons, sur ce qui appartient à la stratégie ou non, le processus de sélection se déroule assez naturellement au sein de notre réseau de partenaires d’investissement.

Le flux d’opérations provient donc de toutes ces sources. Il a été bon, même au cours de la dernière année. Même si nous n’avons pas de capitaux à investir, nos interlocuteurs veulent prendre le temps de nous expliquer leur vision des placements privés dans cette catégorie d’actifs.

En ce qui concerne le profil de risque, s’agissant d’une stratégie de marché privé, la volatilité entre dates d’évaluation est moindre que sur les marchés publics. De plus, on obtient à la fois une appréciation du capital et du rendement, ce qui est appréciable. Autrement dit, il s’agit d’actifs sous-jacents vraiment performants. Il est aussi possible de réinvestir automatiquement le rendement dans le fonds.

Les marchés privés sont associés à une prime d’illiquidité ou de complexité. Il s’agit d’un placement à long terme. Toutefois, grâce à l’implantation de RBC nous serons en mesure d’offrir un point d’accès trimestriel pour les souscriptions et les rachats, ce qui rendra cette offre très intéressante, surtout pour les investisseurs individuels qui n’ont pas eu autant de possibilités d’accéder à cette catégorie d’actifs que les investisseurs institutionnels. C’est donc un ajout très utile à un portefeuille traditionnel et je compte d’ailleurs lui faire une place dans mon portefeuille personnel.

Stuart Morrow :

Je suis heureux d’apprendre que vous ferez partie des investisseurs. Vous avez été très occupé au cours de la dernière année, en particulier récemment, à tout vérifier dans les moindres détails avant le lancement du fonds.

Merci d’avoir pris le temps de parler directement aux clients de PH&N Services-conseils en placements.

Andrew Hay :

Merci à vous, Stuart.

Stuart Morrow :

Chers auditeurs et auditrices, n’hésitez pas à communiquer avec votre conseiller en valeurs RBC PH&N pour obtenir de plus amples renseignements sur les investissements dans l’infrastructure privée et les actifs privés en général, et voir s’ils ont leur place dans votre portefeuille.

Prenez soin de vous, et à bientôt.

L’épisode 27 de la baladodiffusion Opinion éclairée a été enregistré le 11 octobre 2022.

Stuart Morrow est stratégiste en chef, Placements, RBC Phillips, Hager & North Services-conseils en placements inc. (RBC PH&N SCP). Les opinions exprimées par Stuart Morrow et ses invités lors de la baladodiffusion sont les leurs et ne reflètent pas l’avis de RBC PH&N SCP et de ses sociétés affiliées, y compris RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. (RBC GMA). Cette baladodiffusion est offerte à titre indicatif seulement et ne devrait pas être le fondement de décisions de placement. Elle ne constitue ni une offre de vente ni la sollicitation d’une offre d’achat de titres. Le rendement passé ne garantit pas les résultats futurs. Les taux d’intérêt, les conditions des marchés, la réglementation fiscale et d’autres facteurs de placement changent rapidement, ce qui peut avoir une incidence importante sur l’analyse qui se trouve dans ce document. Ces renseignements ne constituent pas des conseils de placement, fiscaux ou juridiques et doivent être utilisés uniquement pendant une discussion avec votre gestionnaire de portefeuille RBC PH&N SCP ; il convient de s’adresser à un conseiller fiscal et à un conseiller juridique compétents avant de prendre des décisions fondées sur les renseignements présentés dans cette baladodiffusion. Ni RBC PH&N SCP ni l’une ou l’autre de ses sociétés affiliées, y compris RBC GMA, ni toute autre personne n’acceptent en aucun cas la responsabilité de toute perte directe ou indirecte découlant de toute utilisation des données contenues dans cette baladodiffusion. Les clients de RBC PH&N SCP peuvent conserver des positions dans les titres dont il est question dans cette baladodiffusion. Les opinions présentées ici correspondent à notre jugement aux dates indiquées et peuvent être modifiées sans préavis ; elles sont présentées en toute bonne foi, mais n’impliquent aucune responsabilité légale.

Cette information ne constitue pas une offre ni une sollicitation d’achat ou de vente de titres, ou de participation ou d’adhésion à un service. Aucun titre n’est offert, sauf conformément aux documents de placement et aux documents de souscription correspondants, qui peuvent exclusivement être fournis aux investisseurs qualifiés. Le présent enregistrement vise à fournir de l’information générale seulement. Il ne constitue pas et n’est pas censé constituer des conseils professionnels ni une description complète d’un placement dans un fonds géré par RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. (RBC GMA). S’il y a incompatibilité entre le présent document et les documents de placement correspondants, les dispositions de ces documents de placement auront préséance. Les renseignements obtenus de tiers sont jugés fiables, mais ni RBC GMA, ni ses sociétés affiliées, ni aucune autre personne n’en garantissent explicitement ou implicitement l’exactitude, l’intégralité ou la pertinence. RBC GMA et ses sociétés affiliées n’assument aucune responsabilité à l’égard des erreurs ou des omissions.

Les placements effectués dans les fonds alternatifs sont spéculatifs et comportent un risque important de perte de la totalité ou d’une bonne partie du placement. Les fonds alternatifs peuvent : i) recourir au financement par emprunt ou à d’autres pratiques de placement spéculatives qui pourraient augmenter le risque de perte sur placements ; ii) être non liquides dans une très grande mesure ; iii) ne pas être tenus de fournir de l’information périodique sur les cours ou l’évaluation aux investisseurs ; iv) ne pas être assujettis aux mêmes exigences réglementaires que les fonds communs de placement offerts par voie de prospectus. Les investisseurs devraient, lorsqu’ils évaluent la pertinence de ce placement, porter une attention particulière à des facteurs personnels, notamment l’horizon temporel, les besoins de liquidité, la taille du portefeuille, le revenu, les connaissances en placement et la tolérance à la volatilité des cours. Les investisseurs devraient consulter leurs conseillers professionnels pour toute question d’ordre fiscal, comptable, juridique ou financier avant de prendre une décision de placement concernant les fonds mentionnés dans le présent document, à savoir s’ils leur conviennent ou non.

Les placements en fonds communs peuvent entraîner des commissions, des frais de suivi et des frais et dépenses de gestion. Veuillez lire les documents de placement du fonds avant d’investir. Les données de rendement fournies supposent seulement le réinvestissement des distributions et ne tiennent pas compte des frais de vente, de rachat et de distribution ou des frais facultatifs et de l’impôt sur le revenu exigible du porteur de parts, qui auraient diminué le rendement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leurs rendements antérieurs ne sont pas nécessairement répétés.

Veuillez consulter votre gestionnaire de portefeuille et lire le prospectus ou le document Aperçu du fonds avant d’investir. Les fonds communs de placement ne sont ni garantis ni assurés par la Société d’assurance-dépôts du Canada ou tout autre fonds public d’assurance-dépôts. La valeur des parts des fonds autres que les fonds du marché monétaire fluctue souvent. Les fonds RBC, les fonds BlueBay et les fonds PH&N sont offerts par RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. et distribués par des courtiers autorisés au Canada.

RBC PH&N SCP, RBC GMA et Banque Royale du Canada sont des entités juridiques distinctes et affiliées. RBC PH&N SCP est une société membre de RBC Gestion de patrimoine, division opérationnelle de Banque Royale du Canada. ® / MC Marque(s) de commerce de Banque Royale du Canada.

Nous voulons discuter de votre avenir financier.