Le patrimoine des Canadiennes est centré sur la famille et les répercussions sociales

 

Pour les Canadiennes, l’héritage ne se limite pas au transfert de richesse

  • Particuliers fortunés
  • Canadiennes fortunées
  • Canadiens fortunés

Au Canada, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à définir leur patrimoine en fonction des relations avec les autres :

Relations avec la famille
66 % 60 %
Relations avec les amis
30 % 28 %
Relations avec la collectivité locale
14 % 11 %

Au Canada, un pourcentage plus élevé de femmes que d’hommes affirme que les causes sociales sont devenues plus importantes que l’accumulation de richesse dans la définition du patrimoine.

60 % 52 %

La famille et les organismes de bienfaisance occupent une place centrale dans le patrimoine

Les Canadiens fortunés ne s’intéressent pas uniquement à leur propre patrimoine : les femmes sont plus nombreuses à estimer qu’il est important de fonder les assises pour le patrimoine de la famille ou des générations futures.

80%
78 %

Les jeunes Canadiennes sont presque deux fois plus nombreuses que les hommes du même âge à établir leurs dons en fonction de leur patrimoine, plutôt que d’autres facteurs (p. ex., lorsque d’autres personnes leur demandent de faire un don).

Les jeunes Canadiennes préfèrent donner à des causes chères aux membres de leur famille, au lieu de faire des dons généraux

  • Jeunes Canadiennes fortunées
  • Jeunes Canadiens fortunés
  • Canadiennes fortunées âgées
  • Canadiens fortunés âgés

Deux tiers des Canadiens fortunés lèguent la majeure partie de leur patrimoine à leur famille. Comment font-ils ?

Dons généraux, sans obligation
29 % 52 % 67 % 74 %
Éducation
55 % 39 % 36 % 33 %

(p. ex., paiement des frais de scolarité)

Soins de santé
47 % 43 % 36 % 35 %

(p. ex., paiement des frais médicaux, soins à un proche âgé)

Placements
53 % 61 % 24 % 21 %

(p. ex., immobilier)

Art et culture
16 % 21 % 10 % 14 %

(p. ex., achat d’un tableau en cadeau)

Financement d’une jeune entreprise
16 % 27 % 2 % 2 %

Les causes soutenues par les Canadiens sont variées, allant des droits des animaux aux droits de la personne

Au Canada, la majorité des femmes fortunées, soit plus que les hommes fortunés, sentent qu’elles ont l’obligation personnelle de contribuer à la réduction des inégalités économiques et que leur patrimoine doit bénéficier à l’ensemble de la société.

Voici les principales causes soutenues par les Canadiennes :

Santé/soins de santé
Droits et bien-être des animaux
Enfants/jeunes
Diversité et inclusion
Éducation
Droits de la personne

Voici les principales causes soutenues par les Canadiens :

Enfants/jeunes
Santé/soins de santé
Sciences
Développement international
Droits de la personne
Candidats/groupes politiques

Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à vouloir redonner à la société de leur vivant

La plupart des femmes prévoient de distribuer leur patrimoine de leur vivant ou de manière égale de leur vivant et après leur décès. (58 % de femmes contre 48 % d’hommes).


Notes de bas de page :
  1. On entend par « jeunes » les personnes de la génération X ou les milléniaux, nés entre 1965 et 2000.

Les données sont tirées du sondage mené par l’Economist Intelligence Unit de mars à mai 2018.
Cette étude commandée par RBC Gestion de patrimoine a été réalisée auprès de 1 051 particuliers fortunés d’Asie, du Canada, du Royaume-Uni et des États-Unis.
Le sondage a été mené auprès de 259 répondants au Canada dont les actifs investissables se chiffrent à au moins 1 million de dollars américains (1,29 million de dollars canadiens).

Déni de responsabilité :

Le présent document est fourni uniquement à des fins d’information et ne s’adresse pas à toute personne ou entité (et n’est pas destiné à être utilisé ou distribué par ces personnes ou entités) dans un pays où une telle distribution ou utilisation serait contraire à la loi ou à la réglementation, ou qui soumettrait Banque Royale du Canada ou ses filiales ou unités opérationnelles constitutives (y compris RBC Gestion de patrimoine) à des exigences d’autorisation ou d’immatriculation dans ledit pays.

Ce document n’est pas destiné à être une offre spécifique faite par une entité de Banque Royale du Canada afin de vendre ou de fournir, ou une invitation spécifique à demander, tout compte, produit ou service financier particulier. Banque Royale du Canada n’offre pas de comptes, produits ou services dans les territoires où il n’est pas permis de le faire. Par conséquent, les services de RBC Gestion de patrimoine ne sont pas disponibles dans tous les pays ou les marchés.

Les informations contenues dans ce document sont de nature générale et ne visent pas à donner à l’utilisateur une opinion ou un avis professionnel, ni à lui recommander une approche particulière, et elles ne doivent pas être interprétées comme telles. Aucun élément du présent document ne constitue un conseil juridique, comptable ou fiscal. Il vous est recommandé d’obtenir des conseils juridiques, comptables et fiscaux de tiers avant de prendre des décisions en fonction d’un quelconque élément de ce document. Les taux d’intérêt, la conjoncture du marché, les règles juridiques et fiscales et d’autres facteurs importants propres à votre situation sont susceptibles de changer. Ce document ne se veut pas un énoncé complet des approches ou des étapes qui peuvent être appropriées pour l’utilisateur, ne prend pas en compte les objectifs de placement ou la tolérance au risque spécifiques de l’utilisateur et n’est pas destiné à être une invitation à effectuer une opération sur titres ou à participer de toute autre manière à tout service de placement.

Le texte de ce document a été rédigé initialement en anglais. Les traductions dans d’autres langues que l’anglais sont fournies à nos utilisateurs à des fins de commodité. Banque Royale du Canada décline toute responsabilité pour les inexactitudes de traduction. Les informations fournies dans ce document le sont « en l’état ». Banque Royale du Canada ne garantit d’aucune façon toute information fournie dans ce rapport.

© The Economist Intelligence Unit Limited, 2018. Tous droits réservés.

Par :
The Economist Intelligence Unit