Vidéo : À quoi les investisseurs peuvent-ils s’attendre dans la seconde moitié de 2024 ?

Analyse
Perspectives

Découvrez ce qui attend les marchés boursiers, les obligations et plus encore.

Partager

Le marché boursier américain poursuivra-t-il sa progression au deuxième semestre de 2024? Qu’en est-il du marché canadien? Les obligations sont-elles toujours intéressantes? Mark Bayko, chef du groupe Services-conseils en gestion de portefeuille de RBC au Canada, présente aux investisseurs les principaux points à retenir des Perspectives mondiales de mi-année.

Apprenez-en plus ici sur les perspectives du marché en milieu d’année, et trouvez notamment un rapport spécial sur la dette américaine et les raisons pour lesquelles cette dernière revêt de l’importance pour les investisseurs canadiens.

Consultez l’intégralité des Perspectives mondiales de mi-année ici.

Mark Bayko :

Nous sommes à la moitié de 2024, et l’année a été satisfaisante pour les investisseurs jusqu’à présent. La plupart des actions mondiales ont progressé et les titres à revenu fixe ont réussi à inscrire des gains. Que nous réserve la deuxième moitié de l’année? Nos perspectives de milieu d’année nous en donnent une idée.

Commençons par le marché boursier américain.

À court terme, le marché boursier américain pourrait poursuivre sa progression grâce à la conviction croissante que les États-Unis se dirigent vers un atterrissage en douceur. Cela permettrait à la Réserve fédérale américaine de commencer à réduire les taux d’intérêt.

Il y a toutefois quelques facteurs qui justifient une certaine prudence, notamment la hausse des valorisations et le risque de récession.

Les ratios cours/bénéfice ont considérablement augmenté, en particulier pour les actions technologiques à grande capitalisation.

Même si le marché américain approche d’un sommet, les risques d’une récession aux États-Unis demeurent plus élevés que la normale selon les paramètres que nous surveillons. Cela ne signifie pas qu’une récession est imminente ou même certaine, mais cela donne à penser que nous devons être conscients des risques plus élevés.

Passons maintenant au marché boursier canadien.

Notre marché boursier ne s’est pas trop mal tiré d’affaire cette année, mais notre économie ressent les effets de la hausse des taux d’intérêt. Le ralentissement de l’activité, la faiblesse du marché de l’emploi et la désinflation persistante figurent parmi les facteurs qui ont permis à la Banque du Canada de réduire les taux d’intérêt récemment. Nous prévoyons quelques autres baisses de taux d’ici la fin de l’année. Cette situation devrait offrir un certain répit aux consommateurs, mais nous nous attendons toujours à ce que la conjoncture économique demeure difficile.

Parlons maintenant brièvement des obligations.

Les taux obligataires sont demeurés quelque peu volatils cette année, car les investisseurs ont tenté d’évaluer les perspectives divergentes en matière d’inflation, de croissance et de réductions de taux. Dans l’ensemble, les taux absolus demeurent nettement supérieurs à la moyenne des 20 dernières années. Par conséquent, nous continuons de croire que les obligations offrent aux investisseurs des sources de rendement potentiel raisonnablement plus intéressantes qu’il y a quelques années seulement.

Pour en savoir plus, consultez les Perspectives mondiales de mi-année de RBC Gestion de patrimoine. Vous trouverez également notre rapport spécial sur la dette américaine et les raisons pour lesquelles cette dernière revêt de l’importance pour les investisseurs, y compris ceux au Canada.


Cet enregistrement est fourni par RBC Gestion de patrimoine à titre informatif seulement. Au Canada, RBC Gestion de patrimoine est la marque descriptive utilisée par RBC Dominion valeurs mobilières Inc. et certaines de ses sociétés affiliées. Aux États-Unis, RBC Gestion de patrimoine est une division de RBC Capital Markets, LLC. Au Royaume-Uni et aux îles Anglo-Normandes, la division internationale Gestion de patrimoine de RBC dans ces territoires est formée d’un réseau international de sociétés RBC et comprend notamment RBC Europe Limited et Royal Bank of Canada (Channel Islands) Limited. En Asie, RBC Gestion de patrimoine est la marque descriptive mondiale des activités de gestion de patrimoine de Banque Royale du Canada et de ses sociétés affiliées et de leurs succursales, notamment la succursale de Singapour de Banque Royale du Canada et la succursale de Hong Kong de Banque Royale du Canada.

Les commentaires contenus dans cet enregistrement sont de nature générale; ils ne tiennent pas compte de la situation ou des besoins particuliers d’une personne précise et ne constituent pas des conseils en matière de droit, de placement, de fiducie, de succession, de comptabilité ou de fiscalité. Sauf indication contraire, les opinions, les estimations et les projections contenues dans cet enregistrement sont celles des conférenciers à la date de publication, peuvent changer sans préavis et ne reflètent pas nécessairement celles de RBC Gestion de patrimoine. Cet enregistrement peut ne pas tenir compte de tous les renseignements disponibles. Les placements ou les services dont il est question dans cet enregistrement pourraient ne pas vous convenir. Nous vous recommandons de consulter votre conseiller pour vérifier si ces placements ou services vous conviendraient. Au Canada, pour obtenir d’autres dénis de responsabilité à l’égard de cet enregistrement, veuillez vous adresser à votre conseiller.

RBC Gestion de patrimoine est une division opérationnelle de Banque Royale du Canada. Veuillez cliquer sur le lien « Conditions d’utilisation » qui figure au bas de cette page pour obtenir plus d’information sur les entités qui sont des sociétés membres de RBC Gestion de patrimoine. Nous n’approuvons ni ne recommandons le contenu de cette publication, qui est fourni à titre d’information seulement et ne vise pas à donner des conseils.

® / MC Marque(s) de commerce de Banque Royale du Canada utilisée(s) sous licence. © Banque Royale du Canada 2024. Tous droits réservés.


Entrons en contact


Nous voulons discuter de votre avenir financier.

Articles connexes

Vidéo : Trois raisons pour lesquelles les investisseurs canadiens devraient porter attention à la dette américaine

Analyse 3 minutes de lecture
- Vidéo : Trois raisons pour lesquelles les investisseurs canadiens devraient porter attention à la dette américaine

Dilemme de la dette américaine : ni solutions rapides ni catastrophes

Analyse 16 minutes de lecture
- Dilemme de la dette américaine : ni solutions rapides ni catastrophes

Un retour à une courbe des taux normale ?

Analyse 8 minutes de lecture
- Un retour à une courbe des taux normale ?