Planification financière : neuf points importants à prioriser

Vos finances
Perspectives

Des aspects importants à prendre en considération dans l’établissement de votre portrait financier.

Partager

Plusieurs facteurs influent vraisemblablement sur le portrait global de vos finances, et ces facteurs peuvent changer au fil du temps. Que vous soyez un nouveau diplômé ou en début de carrière, que vous ayez une famille fort occupée, comptiez plusieurs années d’expérience ou soyez un propriétaire d’entreprise, l’examen périodique de vos finances peut vous offrir de nombreux avantages.

Voici donc neuf mesures à prendre pour vous aider à atteindre vos objectifs.

1. Passez en revue votre situation financière

Passer vos finances en revue est un moyen simple d’obtenir un bon aperçu de votre portrait financier global et de votre situation. Si vous n’avez encore jamais effectué ce type d’examen personnalisé avec un conseiller qualifié, considérez-le comme l’ossature de votre planification : il saisit votre arbre généalogique, vos objectifs financiers, votre valeur nette et vos besoins de liquidités, ainsi que l’information concernant votre succession, vos assurances, votre retraite et d’autres renseignements importants.

Une fois recueillie, cette information pourra orienter vos discussions sur les stratégies ou les types de planification qui vous conviennent. Cette information peut aussi être mise à jour régulièrement afin de vous permettre de constater vos progrès annuellement ou selon l’évolution de votre situation.

2. Établissez des projections de retraite ou un plan financier

La prévision de la retraite fait partie des principales préoccupations financières de nombreux Canadiens. L’une des questions les plus fréquentes est : « Aurai-je assez d’argent pour vivre une retraite confortable ? » Ou, de la part des propriétaires d’entreprise : « D’où proviendra mon revenu de retraite et sera-t-il suffisant ? »

Que vous soyez à l’aube de la retraite ou que vous ne comptiez la prendre que dans quelques décennies, une projection de la retraite peut dresser un portrait global de votre situation, vous indiquer des mesures financières à prendre ou des ajustements à apporter à vos plans selon la retraite que vous envisagez. Elle peut aussi permettre d’établir des objectifs et de produire des rapports sur les progrès réalisés, en plus de voir comment l’ajustement de certaines hypothèses influence votre plan de retraite.

Quel que soit votre âge, la planification financière consiste à la base à réfléchir à vos objectifs à court et à long terme et à les définir. Ensuite, il s’agit d’élaborer des plans concrets pour poursuivre ces objectifs.

À partir de l’information glanée lors de l’examen de vos finances et de la projection de retraite, vous pourriez souhaiter établir un plan financier personnalisé. Il porte sur tous les aspects de votre situation financière, incluant la gestion de vos liquidités et de vos dettes, la planification fiscale et des placements, la gestion du risque, ainsi que la planification de la retraite et successorale, et les lie les uns aux autres de façon intelligible. Dans un plan financier, vous pouvez voir diverses projections qui illustrent si vous serez en mesure d’atteindre vos objectifs à l’âge désiré et qui tiennent compte des fluctuations possibles. Votre plan définira également des stratégies pour vous aider à atteindre ces objectifs dans un horizon temporel donné.

 

Si vous avez déjà un plan financier, rappelez-vous que vous pouvez l’ajuster selon l’évolution de votre situation ou de vos objectifs. 

3. Assurez-vous que votre répartition d’actifs est à jour

Passez régulièrement en revue la répartition de votre actif selon les catégories de titres (espèces, titres à revenu fixe et actions) ainsi que les devises et les régions géographiques, afin de déterminer si des changements sont nécessaires. Voici deux questions importantes à aborder avec votre conseiller qualifié :

  • Ma répartition de l’actif est-elle appropriée en fonction de ma tolérance au risque et de mes objectifs financiers et de retraite ?
  • Ma situation ou mes objectifs ont-ils changé ?

En plus de votre répartition de l’actif, l’efficience fiscale de vos placements et la place qu’ils occupent dans vos comptes enregistrés et non enregistrés sont aussi des facteurs importants à passer en revue. Rappelez-vous que « l’important n’est pas les gains que vous réalisez, mais bien ceux que vous conservez ». Ainsi, une partie du processus consiste à réfléchir à ce qui vous permettrait de maximiser vos rendements après impôts.

4. Envisagez des stratégies de fractionnement du revenu

Selon votre situation, certaines occasions de fractionnement du revenu pourraient vous aider à alléger le fardeau fiscal de votre famille. Si vous prévoyez que votre conjoint aura un revenu de retraite sensiblement inférieur au vôtre, envisagez de verser à un REER de conjoint une partie ou la totalité de votre cotisation permise au titre des REER. Vous pourrez tout de même vous prévaloir de la déduction et profiter dès maintenant d’une réduction d’impôt. Votre conjoint tirera un revenu du REER de conjoint en retirant les fonds. Cette stratégie pourrait rééquilibrer vos revenus de retraite, vous placer dans la même tranche d’imposition et, éventuellement, réduire vos impôts à la retraite.

Bien que vous puissiez attribuer jusqu’à la moitié du revenu de retraite admissible (y compris le revenu d’un FERR) à votre conjoint, il est quand même avantageux de cotiser à un REER de conjoint si :

  • le fractionnement du revenu ne donne pas de résultats optimaux ;
  • vous et votre conjoint prenez votre retraite avant 65 ans et avez besoin de tirer un revenu de vos régimes enregistrés.

5. Utilisez le crédit efficacement

Une partie de la gestion de vos finances consiste à maximiser les occasions dans les deux volets de votre bilan.

Si vous avez plusieurs dettes, songez à les consolider, cela pourrait vous permettre d’obtenir un taux d’intérêt moins élevé. Si vous bénéficiez déjà d’un taux concurrentiel sur vos dettes, l’intérêt payé sur celles-ci est-il déductible aux fins de l’impôt ? Si ce n’est pas le cas, discutez-en avec un conseiller qualifié afin de déterminer s’il existe une façon de restructurer vos dettes et vos actifs pour réduire vos coûts d’intérêt ou faire en sorte que l’intérêt soit déductible afin de réduire votre impôt exigible.

6. Revoyez la structure de vos comptes afin de vous assurer qu’elle est efficace et appropriée

Dresser la liste de tous vos comptes bancaires et de placement peut être utile pour créer ou mettre à jour votre plan financier ou établir votre inventaire familial. En outre, cela peut vous donner l’occasion d’examiner la propriété de chacun et de déterminer si la structure de propriété convient à votre situation. Par exemple, bon nombre de gens possèdent des actifs non enregistrés conjointement avec leur conjoint pour des raisons de commodité, mais cette structure de propriété n’est pas toujours appropriée et ne convient peut-être pas à vos objectifs de succession. De plus, l’utilisation de comptes conjoints peut poser problème dans certaines situations, car votre cotitulaire pourrait être en mesure d’effectuer des opérations sur les actifs à votre insu, ou les actifs peuvent être exposés à ses créanciers.

Examiner la structure de vos comptes pourrait aussi vous donner l’occasion de maximiser les efficiences fiscales. Par exemple, si vous détenez la majorité de vos actifs dans un compte de placement non enregistré, demandez-vous s’il conviendrait d’en affecter une partie à votre REER ou CELI afin de bénéficier d’une croissance en report ou en franchise d’impôt.

7. Assurez-vous que votre testament, vos désignations de bénéficiaire et vos procurations sont à jour

En tant qu’adulte, peu importe votre âge, il est essentiel d’avoir un testament valide et il est tout aussi important de le tenir à jour. Un testament sert de document juridique de référence dans l’administration de votre succession et veille à ce que vos biens soient distribués selon vos souhaits après votre décès. Si vous décédiez sans testament, vous pourriez perdre le pouvoir d’exprimer vos volontés, étant donné que votre succession serait administrée selon la législation en vigueur dans votre province ou territoire de résidence au moment de votre décès. Et si vous aviez un testament, mais qu’il n’était pas à jour, cela pourrait entraîner des conséquences indésirables si vos choix ou votre situation avaient changé depuis sa rédaction.

En règle générale, on recommande de revoir son testament tous les trois à cinq ans ou chaque fois que survient un événement marquant de la vie. Voici quelques-uns des principaux déclencheurs d’une révision :

  • Changement de situation de famille ;
  • Décès de votre conjoint ou d’un bénéficiaire ;
  • Nouveaux membres dans votre famille ;
  • Changements importants de votre situation financière ou acquisition d’une nouvelle propriété ;
  • Les personnes que vous avez choisies comme liquidateur, bénéficiaire ou tuteur d’enfants mineurs, par exemple, ont changé.

En ce qui concerne vos régimes enregistrés, comme un REER, un FERR, vos régimes de retraite et polices d’assurance vie, désigner un bénéficiaire pourrait réduire les frais d’homologation au décès (selon votre province de résidence), étant donné que le produit de ces régimes serait versé directement au bénéficiaire, en dehors de la succession.

Nota : Envisagez cette option si elle est offerte dans votre province ou territoire de résidence. Si vous avez déjà désigné des bénéficiaires au titre de vos régimes ou polices, la désignation est-elle à jour et reflète-t-elle toujours vos souhaits ?

S’il est important de tenir son testament à jour, il est tout aussi important de le faire pour ses procurations (mandat au Québec), aussi bien pour les questions financières que de soins de santé. Encore une fois, peu importe votre âge, si un imprévu survenait et vous rendait inapte à prendre des décisions de façon autonome, ces documents seraient essentiels pour vous assurer d’être bien protégé et que vos affaires sont gérées selon vos volontés.

8. Songez aux dons de bienfaisance

S’il est important pour vous de faire des dons de bienfaisance, réfléchissez à la façon et au moment d’effectuer vos dons, ainsi qu’aux montants et aux types de ceux-ci. De nombreuses personnes effectuent leurs dons à la fin de l’année civile, souvent durant la période des Fêtes et avant la date butoir afin de recevoir un crédit d’impôt. En tant que particulier, vous avez droit à un crédit d’impôt pour don de bienfaisance lorsque vous faites un don à un donataire reconnu, comme un organisme de bienfaisance enregistré, ce qui pourrait réduire votre impôt exigible.

Selon ce qui vous incite à faire un don, il existe plusieurs façons de le faire de façon plus structurée – tout au long de l’année, la vie durant et même au-delà. Comme solution de rechange à un simple don ou à un don direct en argent, qui est la forme de don la plus courante, il existe de nombreuses options, notamment le don de titres cotés en bourse, le don par voie de testament ou l’établissement d’une fiducie caritative résiduelle, d’un fonds dans l’intérêt du donateur ou d’une fondation privée.

En explorant différentes façons de faire des dons et en les harmonisant le mieux à vos objectifs personnels ou familiaux, structurer vos dons pourrait accroître votre impact caritatif pour les causes et les organismes qui vous tiennent à cœur au fil du temps. Vos dons pourraient aussi s’effectuer en conjonction avec d’autres stratégies de planification fiscale, financière ou successorale en vue d’atteindre vos objectifs globaux.

9. Simplifiez la gestion de vos finances

Voici quelques conseils qui pourraient vous aider à économiser temps et argent pour ce qui est d’organiser vos finances.

  • Consolidez vos finances. De nombreuses personnes ont plusieurs comptes actifs, ce qui peut entraîner davantage de tâches administratives, un dédoublement de frais ou des stratégies de placement possiblement différentes. Travailler avec un conseiller qualifié afin de consolider vos comptes peut vous permettre de tout regrouper efficacement et à moindre coût.
  • Faites vos transactions bancaires en ligne pour des raisons de commodité et pour un accès facile à vos comptes.
  • Établissez des paiements préautorisés pour économiser du temps et veiller à ce que vos factures soient automatiquement payées à temps, ce qui peut faire en sorte de maintenir et de renforcer votre cote de crédit.
  • Établissez un régime de cotisations préautorisées afin de vous aider à prioriser votre épargne. En automatisant vos cotisations, vous épargnerez sans y penser, ce qui peut vous aider à réduire vos dépenses et à faire fructifier votre épargne.
  • Conservez vos documents financiers et une liste de contacts pertinents dans un endroit sûr et désigné. Regrouper vos dossiers pertinents (p. ex., états financiers et revues, feuillets fiscaux, projections de retraite, polices d’assurance, testaments et procurations ou mandats) et les conserver dans un endroit sûr vous aidera à rester organisé et peut vous procurer, ainsi qu’aux membres de votre famille (seuls ceux qui en auraient besoin), la tranquillité d’esprit de savoir que l’information est réunie et accessible au besoin.

Ce document a été préparé pour les sociétés membres de RBC Gestion de patrimoine, RBC Dominion valeurs mobilières Inc. (RBC DVM), RBC Phillips, Hager & North Services-conseils en placements inc. (RBC PH&N SCP), RBC Gestion mondiale d’actifs Inc. (RBC GMA), la Société Trust Royal du Canada et la Compagnie Trust Royal (collectivement, les « sociétés ») ainsi que leurs sociétés affiliées, RBC Placements en Direct Inc. (RBCPD), Services financiers RBC Gestion de patrimoine inc. (SF RBC GP) et Fonds d’investissement Royal Inc. (FIRI). *Membre–Fonds canadien de protection des épargnants. Chacune des sociétés, FIRI, SF RBC GP, RBCPD et la Banque Royale du Canada sont des entités juridiques distinctes et affiliées. Par « conseiller RBC », on entend les banquiers privés employés par la Banque Royale du Canada, les représentants inscrits de FIRI, les représentants-conseils employés par RBC PH&N SCP, les premiers conseillers en services fiduciaires et les chargés de comptes employés par la Compagnie Trust Royal ou la Société Trust Royal du Canada ou les conseillers en placement employés par RBC DVM. Au Québec, les services de planification financière sont fournis par FIRI ou par SF RBC GP, qui sont inscrits au Québec en tant que cabinets de services financiers. Ailleurs au Canada, les services de planification financière sont offerts par l’entremise de FIRI ou de RBC DVM. Les services successoraux et fiduciaires sont fournis par la Société Trust Royal du Canada et la Compagnie Trust Royal. Si un produit ou un service particulier n’est pas offert par l’une des sociétés ou par FIRI, les clients peuvent demander qu’un autre partenaire RBC leur soit recommandé. Les produits d’assurance sont offerts par l’intermédiaire de SF RBC GP, filiale de RBC DVM. Lorsqu’ils offrent ou vendent des produits d’assurance vie dans toutes les provinces sauf le Québec, les conseillers en placement agissent à titre de représentants en assurance de SF RBC GP. Au Québec, les conseillers en placement agissent à titre de conseillers en sécurité financière de SF RBC GP. Les stratégies, les conseils et les données techniques contenus dans cette publication sont fournis à nos clients à titre indicatif. Ils sont fondés sur des données jugées exactes et complètes, mais nous ne pouvons en garantir l’exactitude ni l’intégralité. Le présent document ne donne pas de conseils fiscaux ou juridiques, et ne doit pas être interprété comme tel. Les lecteurs sont invités à consulter un conseiller juridique ou fiscal qualifié ou un autre conseiller professionnel lorsqu’ils prévoient mettre en oeuvre une stratégie. Ainsi, leur situation particulière sera prise en considération comme il se doit et les décisions prises seront fondées sur la plus récente information qui soit. Les taux d’intérêt, l’évolution du marché, le régime fiscal et divers autres facteurs touchant les placements sont susceptibles de changer. Ces renseignements ne constituent pas des conseils de placement ; ils ne doivent servir qu’à des fins de discussion avec votre conseiller RBC. Les sociétés, FIRI, SF RBC GP, RBCPD, la Banque Royale du Canada, leurs sociétés affiliées et toute autre personne n’acceptent aucune responsabilité pour toute perte directe ou indirecte découlant de toute utilisation de ce rapport ou des données qui y sont contenues.

®/MC Marque déposée de la Banque Royale du Canada. RBC Gestion de patrimoine est une marque déposée de la Banque Royale du Canada, utilisée sous licence. © 2024 Banque Royale du Canada. Tous droits réservés.


Entrons en contact


Nous voulons discuter de votre avenir financier.

Articles connexes

Cinq stratégies pour maximiser votre épargne REER

Planification patrimoniale 4 minutes de lecture
- Cinq stratégies pour maximiser votre épargne REER

Énoncé économique de l’automne 2023 : Sommaire des principales mesures pouvant avoir une incidence directe sur vous

Vos finances 11 minutes de lecture
- Énoncé économique de l’automne 2023 : Sommaire des principales mesures pouvant avoir une incidence directe sur vous

Trois éléments clés afin d’acquérir l’assurance nécessaire pour gérer ses besoins financiers personnels

Vos finances 3 minutes de lecture
- Trois éléments clés afin d’acquérir l’assurance nécessaire pour gérer ses besoins financiers personnels