RBC
Mobile RBC

RBC Gestion de patriomoine

GRATUIT – Dans Google Play OBTENIR – Dans l'App Store

Installer

Partager

Une plus grande richesse ne suscite pas toujours plus d’optimisme pour la santé financière à long terme. La planification à long terme peut permettre de réaliser une épargne suffisante pour des objectifs à long terme comme la retraite, et de protéger le patrimoine à transférer à la prochaine génération, tout en gérant l’augmentation du coût de la vie et d’autres dépenses et besoins immédiats.

Au cours de la prochaine décennie, le nombre de particuliers fortunés au Canada devrait presque doubler et passer de presque 500 000 en 2019 à 914 000, augmentant à un rythme plus rapide que celui des États-Unis, mais s’établissant au même niveau que celui du Royaume-Uni. Le Canada se classe aussi au troisième rang sur 15 pays au monde en matière d’ouverture de marché, d’attrait et d’activité, contribuant ainsi à la constitution de patrimoine, selon l’indice des occasions de création de patrimoine 2019 de l’Economist Intelligence Unit (EIU).1 Dans l’ensemble, le pays se classe juste au-dessus de la moyenne du groupe en ce qui a trait aux occasions de création de richesse, devançant les pays comme le Japon, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Même si le marché de la création de richesse semble relativement solide au Canada, plus de la moitié des répondants canadiens (53 pour cent) se demandent comment assurer leur santé financière à long terme. Par exemple, ceux qui se situent dans la gamme de richesse la plus élevée (5  M$ US et plus ou 6,44 M$ CA et plus d’actifs investissables) positionnent les priorités financières contradictoires au sein de leurs principales priorités (33 pour cent), tandis que, de façon plus générale, l’augmentation du coût de la vie constitue le premier obstacle à l’atteinte des objectifs financiers de 45 pour cent des Canadiens (taux plus élevé que leurs pairs aux États-Unis et au Royaume-Uni).

Leur sentiment a été sondé dans le cadre d’une étude menée par l’Economist Intelligence Unit (EIU) et parrainée par RBC Gestion de patrimoine. Outre les régions, les genres et les générations couverts, le sondage a été adressé à des personnes fortunées (détenant au moins 1 M$ US [1,34 M$ CA] d’actifs investissables), à des enfants adultes de parents fortunés et des personnes à revenu élevé qui ne sont pas encore riches, mais dont le revenu est d’au moins 100 000 $ US (134 000 $ CA).2

Planification structurée pour un confort financier à long terme 

« Une bonne planification à long terme est importante » pour surmonter ces défis, dit John Fullerton, fondateur et président de Capital Institute.3 Selon lui, les gens fortunés qui ont des flux de trésorerie élevés pourraient se retrouver dépensiers et se situer dans la limite supérieure de la fourchette, et par conséquent sous pression. Même les personnes les plus fortunées considèrent l’augmentation du coût de la vie comme un obstacle plus grand que d’avoir, par exemple, à s’occuper de leur famille.

La santé financière future inquiète beaucoup les enfants adultes de parents fortunés(63 pour cent) et les personnes à revenu élevé qui ne sont pas encore riches (62 pour cent), et il reste un défi prédominant même parmi les répondants les plus fortunés. Ils sont 58 pour cent des Canadiens les plus fortunés à partager cette inquiétude.

Les propriétaires d’entreprise et les entrepreneurs estiment aussi la santé financière à long terme comme un souci majeur, toutefois leur pourcentage (44 pour cent) est inférieur à celui de la moyenne des répondants canadiens. Le fait est que de nombreux propriétaires d’entreprise et entrepreneurs se préoccupent plus de l’état de leur entreprise que de leur santé financière personnelle. Particulièrement 49  contre 38 pour cent des propriétaires d’entreprise et entrepreneurs conviennent accorder plus d’importance à la réussite de leur entreprise et à la valeur qu’ils peuvent en tirer directement.4

La protection du patrimoine est une préoccupation majeure pour tous

Relativement aux préoccupations entourant la santé financière à long terme, les Canadiens souhaitent protéger plus leur patrimoine que l’accroître (voir la figure 1). Les personnes fortunées estiment particulièrement nécessaire de protéger leur patrimoine en vue de préserver leur bien-être futur (53 pour cent), soit un pourcentage plus élevé que celui de leurs pairs du R.-U. (40 pour cent). Ce désir de la protection du patrimoine prend le pas sur celui de la croissance aussi chez les femmes. Plus d’une fois et demie de femmes plus nombreuses ont indiqué placer la protection de leur patrimoine au-dessus de sa croissance.5 De même, plus de propriétaires d’entreprise et d’entrepreneurs (50 pour cent) que de Canadiens qui n’ont pas d’entreprise (36 pour cent) font de la protection du patrimoine un objectif prioritaire.

FIGURE 1 : Préservation de l’avenir
Auxquels de ces objectifs financiers suivants accordez-vous le plus d’importance ? Sélectionnez les trois principaux. (Pourcentage des Canadiens fortunés ayant choisi chaque option)

Les résultats indiquent dans le segment des personnes à revenu élevé qui ne sont pas encore riches, c’est-à-dire les personnes âgées de 21 à 38 ans ne disposant pas encore d’un patrimoine conséquent, une parité de pourcentage entre les adeptes de la protection du patrimoine et celles de la croissance du patrimoine.6 Le passage à l’âge adulte des personnes à revenu élevé qui ne sont pas encore riches dans un contexte économique plein d’incertitude explique ces priorités.

« De nombreux jeunes Canadiens ont subi la grande récession et ont été témoins de ses graves conséquences sur les marchés financiers. La récente volatilité des marchés boursiers a également incité à plus de prudence », dit Don Kottick, président et chef de la direction, Sotheby’s International Realty Canada.

Conception d’un plan pour atténuer les préoccupations financières

Il est possible, dans un contexte d’incertitude économique d’ajuster ou d’adapter des stratégies de placement pour faire face aux réalités du moment tout en préservant le patrimoine en vue du futur. Lorsqu’il est question de modifier leur stratégie de placement pour les cinq prochaines années, les investisseurs canadiens ont choisi de mettre l’accent sur les placements moins risqués et sur plus de diversification (voir la figure 2). 

Lisa Kramer, professeure de finance à l’Université de Toronto, commente cette dernière tendance en disant que « la tendance humaine à se tourner vers ce qui lui est familier peut entraîner le manque de diversification des portefeuilles des investisseurs. Investir dans des secteurs non familiers et dans des régions et pays étrangers...peut permettre d’aplanir les aux obstacles économiques avec plus de résilience. 

FIGURE 2 : Changement de cap
Quels changements prévoyez-vous apporter à votre stratégie de placement au cours des cinq prochaines années ? Sélectionnez toutes les réponses qui s’appliquent. (Pourcentage des répondants canadiens ayant choisi chaque option)

Les investisseurs peuvent aussi avoir un meilleur accès à l’information, à la connaissance et aux ressources de planification financière. Selon les répondants, les trois principaux facteurs qui permettent davantage aux gens d’accroître leurs richesses de nos jours sont une meilleure éducation (58 pour cent), l’accès à l’Internet ou aux nouvelles technologies (51 pour cent) et un meilleur accès aux ressources de planification financière (42 pour cent). Insistant ce dernier point, les plus jeunes investisseurs indiquent le manque de planification financière ou d’expérience comme un obstacle à leurs objectifs, trois fois plus que les personnes à revenu élevé qui ne sont pas encore riches (13 pour cent) et les enfants adultes de parents fortunés (12 pour cent) que les personnes fortunées (quatre pour cent). 

Si 76 pour cent des investisseurs canadiens disent qu’une bonne stratégie de placement requiert souplesse et capacité de réaction dans les marchés d’aujourd’hui, et 78 pour cent sont d’avis que ce virage est important pour préserver leur patrimoine, tous s’entendent sur le fait que les investisseurs doivent se consacrer à fond à leurs stratégies de patrimoine et de placement. Les investisseurs peuvent toujours agir même si une grande incertitude pèse actuellement sur le monde.

References
  1. Pour plus d’information sur le marché de création de richesse, voir l’indice des occasions de création de patrimoine 2019.
  2. Au Canada, 614 personnes ont participé à cette étude menée par l’EIU.
  3. Capital Institute est une organisation qui analyse les éventuelles améliorations à apporter au système économique et financier
  4. Ces pourcentages ne totalisent pas 100 % en raison des répondants qui ont indiqué ne pas être certains de la réponse à fournir ou que la réponse ne s’appliquait pas à leur situation.
  5. Quarante et deux pour cent des femmes mettent l’accent sur la protection du patrimoine pour assurer leur santé financière future, contre trente pour cent des femmes qui priorisent la croissance de leur patrimoine.
  6. Vingt-sept pour cent des personnes à revenu élevé qui ne sont pas encore riches privilégient la croissance du patrimoine, contre 26 pour cent pour celles qui priorisent la protection du patrimoine en vue de leur santé financière future.

*Veuillez consulter un professionnel compétent ou tout autre conseiller financier professionnel pour en savoir plus.

© The Economist Intelligence Unit Limited, 2019. Tous droits réservés. 

Banque Royale du Canada et The Economist Intelligence Unit ainsi que leurs marques et logos respectifs, tels qu’ils sont utilisés dans le présent document, sont les marques de commerce ou les marques déposées de leurs sociétés respectives. Le présent document ne peut être reproduit ou copié en totalité ou en partie de quelque façon que ce soit sans l’autorisation écrite de Banque Royale du Canada et de l’Economist Intelligence Unit.

Déni de responsabilité

Le présent document est fourni uniquement à des fins d’information et ne s’adresse pas à toute personne ou entité (et n’est pas destiné à être utilisé ou distribué par ces personnes ou entités) dans un pays où une telle distribution ou utilisation serait contraire à la loi ou à la réglementation, ou qui soumettrait Banque Royale du Canada ou ses filiales ou unités opérationnelles constitutives (y compris RBC Gestion de patrimoine) à des exigences d’autorisation ou d’immatriculation dans ledit pays.

Ce document n’est pas destiné à être une offre spécifique faite par une entité de Banque Royale du Canada afin de vendre ou de fournir, ou une invitation spécifique à demander, tout compte, produit ou service financier particulier. Banque Royale du Canada n’offre pas de comptes, produits ou services dans les territoires où il n’est pas permis de le faire. Par conséquent, les services de RBC Gestion de patrimoine ne sont pas disponibles dans tous les pays ou les marchés.

Les informations contenues dans ce document sont de nature générale et ne visent pas à donner à l’utilisateur une opinion ou un avis professionnel, ni à lui recommander une approche particulière, et elles ne doivent pas être interprétées comme telles. Aucun élément du présent document ne constitue un conseil juridique, comptable ou fiscal. Il vous est recommandé d’obtenir des conseils juridiques, comptables et fiscaux de tiers avant de prendre des décisions en fonction d’un quelconque élément de ce document. Les taux d’intérêt, la conjoncture du marché, les règles juridiques et fiscales et d’autres facteurs importants propres à votre situation sont susceptibles de changer. Ce document ne se veut pas un énoncé complet des approches ou des étapes qui peuvent être appropriées pour l’utilisateur, ne prend pas en compte les objectifs de placement ou la tolérance au risque spécifiques de l’utilisateur et n’est pas destiné à être une invitation à effectuer une opération sur titres ou à participer de toute autre manière à tout service de placement.

Le texte de ce document a été rédigé initialement en anglais. Les traductions dans d’autres langues que l’anglais sont fournies à nos utilisateurs à des fins de commodité. Banque Royale du Canada décline toute responsabilité pour les inexactitudes de traduction. Les informations fournies dans ce document le sont « en l’état ». Banque Royale du Canada ne garantit d’aucune façon toute information fournie dans ce rapport.

Au Québec, les services de planification financière sont fournis par RBC Gestion de patrimoine Services Financiers. qui est autorisé comme une société de services financiers dans cette province. Dans le reste du Canada, les services de planification financière sont disponibles à travers RBC Dominion valeurs mobilières.


Nous voulons discuter de votre avenir financier.